Pourquoi l’effondrement du Gulf Stream est une sérieuse menace

Une étude affirme que le courant océanique Gulf Stream pourrait être sur le point de s’arrêter, ce qui causerait une catastrophe climatique mondiale.

Le Gulf Stream joue un rôle essentiel. - Unsplash

Des scientifiques dressent un nouveau constat alarmant sur le Gulf Stream. On le savait déjà fortement ralenti, le voilà désormais proche de l’effondrement. Or, ce courant majeur de l’Océan Atlantique joue un rôle essentiel sur le climat des régions qu’il longe. « Le fait que des signes de déstabilisation soient déjà visibles est quelque chose à quoi je ne m’attendais pas et que je trouve effrayant », a confié au Guardian l’auteur de l’étude, Niklas Boers, de l’Institut de recherche sur l’impact climatique de Potsdam, en Allemagne. « Il s’agit de quelque chose que vous ne pouvez tout simplement pas [laisser] se produire. »

Tapis roulant géant

La circulation méridienne de renversement Atlantique (AMOC), plus communément appelé Gulf Stream – même s’il ne représente en réalité que l’un de ses composants – est l’un des principaux systèmes de courants océaniques de notre planète. Il transporte de l’eau chaude des zones tropicales de l’Atlantique vers le Nord, et renvoie l’eau froide dans le sens inverse.

Mais un phénomène perturbe ce système: la fonte des calottes glacières, provoquée par le réchauffement climatique. En libérant de l’eau douce, moins dense que l’eau salée, dans les océans, celle-ci ralentit ce tapis roulant géant. Les scientifiques ont même constaté une « quasi-totale perte de stabilité depuis un siècle ». « Les résultats soutiennent l’évaluation selon laquelle le déclin de l’AMOC n’est pas seulement une fluctuation ou une réponse linéaire à l’augmentation des températures, mais signifie probablement l’approche d’un seuil critique au-delà duquel le système de circulation pourrait s’effondrer », analyse Niklas Boers.

Un effet sur la planète entière

Ce point de bascule fait craindre le pire. La disparition du Gulf Stream aurait des conséquences désastreuses à travers le monde : un bouleversement des précipitations, dont dépendent les régions agricoles pour nourrir les populations en Inde, en Amérique du Sud ou en Afrique de l’Ouest, qui causerait des sécheresses catastrophiques, mais aussi des tempêtes violentes et une baisse des températures sur le continent européen, ainsi qu’une hausse du niveau de la mer et des inondations en Amérique du Nord-Est.

Outre ces conditions météorologiques extrêmes, qui toucheraient le monde entier, les écosystèmes marins de l’Atlantique ne seraient pas non plus épargnés, apportant des répercussions gravissimes sur les populations d’espèces marines.

Imprévisible

Les scientifiques ne savent toutefois pas prédire la date de l’effondrement du Gulf Stream, en raison de la complexité de son fonctionnement et de l’incertitude grandissante quant aux niveaux du réchauffement climatique à venir. Cela pourrait être dans une dizaine d’années, comme dans quelques siècles. Le niveau exact de CO2 nécessaire à son naufrage est, lui aussi, inconnu. Voilà pourquoi le chercheur allemand implore de tout mettre en œuvre pour maintenir les émissions de gaz à effet de serre aussi basses que possible. « La probabilité que cet événement à impact extrêmement élevé se produise augmente avec chaque gramme de CO2 que nous rejetons dans l’atmosphère. »

Plus d'actualité