JO : le relais 4×400 m mixte pour briser la loi des genres

C'est une nouvelle discipline olympique et les Belges peuvent viser la finale. Mais de quoi s'agit-il ?

Belga

A Tokyo, l’athlétisme entre en piste. Et c’est par une nouvelle épreuve olympique que les athlètes vont se lancer : le relais 4×400 m mixte. A savoir, une équipe de deux hommes et deux femmes qui brise la loi des genres dans ce sport qui est depuis ses débuts séparé entre compétition féminine et compétition masculine.

 

Il y a une raison à cela : sur 400 m, les hommes courent en moyenne 6 secondes plus vite que les femmes. Ce qui fait du relais 4×400 mixte une course particulièrement tactique : l’ordre dans lequel les athlètes sont positionnés dans la course (deux hommes, deux femmes ; un homme, deux femmes, un homme ;…) est particulièrement importante.

 

La Pologne fait sensation à Doha

 

Le tout premier relais 4 x 400 m mixte a été disputé lors des Championnats du monde de relais en 2017 à Nassau, aux Bahamas. Mais c’est aux Championnats du monde de Doha en 2019 que le grand public l’a découvert. Ce sont les Américain.es qui ont remporté la médaille d’or, mais c’est bien l’équipe polonaise qui avait fait sensation.

 

En effet, toutes les équipes avaient misé sur la tactique un homme, deux femmes, un homme… Mais la Pologne avait fait course en tête en commençant par deux hommes et terminant par deux femmes. Il leur a finalement manqué très peu pour monter sur le podium. Cette épreuve, en tout cas, donne un côté imprévu qui est très intéressant à regarder pour le spectateur lambda.

 

« Ca donne des perspectives »

 

Pour les athlètes aussi, cela offre des possibilités. Pour Kevin Borlée, « ça donne des perspectives à certains pays », explique-t-il dans une interview au magazine officiel des JO. « Avec le relais mixte, on n’a besoin que de deux coureurs et deux coureuses pour faire une équipe qui peut aller aux Jeux Olympiques. Alors que pour une équipe masculine ou féminine, il faut quatre à six athlètes ».

 

Pour son père et entraîneur Jacques Borlée : « On doit faire une stratégie par rapport à la qualité des athlètes dont on a à disposition. Il faut essayer d’imaginer comment les autres vont se positionner, et pouvoir trouver la solution par rapport aux autres équipes. C’est toujours un choix compliqué, qui demande beaucoup de réflexion ».

 

Quelles chances pour les Belges ?

 

L’équipe belge, justement, est en bonne position. Finaliste où elle avait terminé 6e, elle vise au moins la finale cette année aux JO. L’équipe comprendra Kevin et Dylan Borlée, Camille Laus et Imke Vervaert. Petite surprise chez les femmes, la Bruxelloise Cynthia Bolingo, très en forme en 2021, ne fait pas partie de l’équipe. Sans doute pour se concentrer sur son 400 m et le 4×400 m féminin où elle visera une médaille.

 

Début des séries ce vendredi matin. Finale de l’épreuve samedi à 14h15.

 

 

Plus d'actualité