« Je ne bouge plus mon bras et mes jambes. La maladie m’attaque »: les confidences de Moundir (Koh-Lanta)

L'ex-aventurier de Koh-Lanta et animateur de télévision est venu présenter son nouveau livre "Père et fils", au micro de Maxime Binet dans l'émission "Il faut qu'on parle".

Moundir @BelgaImage

Moundir Zaghari, connu pour ses apparitions dans l’émission télévisée Koh-Lanta, a sorti en mai dernier un livre intitulé « Père et fils », écrit avec Olivia Karam et publié aux éditions Robert Laffont. L’occasion pour lui de rendre hommage à ses parents venus d’Algérie et d’évoquer l’immigration en France. « J’ai voulu retracer l’histoire de ma famille. Partager les valeurs que mes parents m’ont inculquées », explique-t-il.

Parmi ces valeurs, il y a notamment celle du travail. « Mon père m’a toujours dit que le salaire de son travail était la reconnaissance« , explique Moundir. Il estime d’ailleurs que son père n’était pas considéré à sa juste valeur. « On peut remettre ça sur tout : le jugement, le fait qu’il soit immigré, le fait qu’il soit Algérien« , dénonce-t-il. Son père avait d’ailleurs l’habitude de dire : « Il faut être plus français qu’un Français« .

Pour Moundir, les discriminations sont toujours bien présentes aujourd’hui en France, en Belgique. « On les vit, on les subit par médias interposés« , affirme-t-il. Selon lui, certains ne donnent pas l’exemple en ne suivent pas les règles mais il reste persuadé « qu’une majorité aime son pays et qu’une minorité fait beaucoup de bruit et ne respecte pas ce que leurs parents leur ont inculqué« .

La carrière professionnelle aux multiples facettes de Moundir l’a amené à voyager notamment au Canada, aux Etats-Unis, en Argentine. Pour lui, l’intégration et la tolérance n’y sont pas du tout pareilles qu’ici. « La France a un vrai problème avec son histoire« , estime-t-il. « Il y a des enfants de parents immigrés qui sont français, qui n’ont pas besoin de s’intégrer, il faut les accepter. Je n’ai jamais compris ce que cela voulait dire pure souche mais il faut aujourd’hui que les choses changent ».

« J’ai accepté de mourir »

Moundir a également abordé sa contamination récente au Covid-19. Celui-ci a été très fortement touché par la maladie. « Je ne bouge plus mon bras et mes jambes. La maladie m’attaque », décrit-il. L’ex-aventurier de Koh-Lanta confie avoir accepté de mourir avant d’être plongé dans le coma. « Il faut accepter le destin tel qu’il est », relativise-t-il. Ce sont tous les messages de soutien et le souvenir de la force de son père aujourd’hui décédé qui lui ont permis de tenir le coup.

Plus d'actualité