Jean-Marie Bigard : d’abord anti-vaccin pour ensuite retourner sa veste

C’est un gars, y refuse le pass sanitaire. Pis quand y’a du pognon en jeu, y refuse plus.

Jean-Marie Bigard @BelgaImage

Un an et demi que Bigard nous fait ses gros yeux et l’ouvre bien grande pour hurler (c’est ce qu’il fait de mieux) son sketch anti-vax de caniveau. Lui le masque, lui le PCR, lui le vaccin, jamais! C’est pour ceux “qui ont pas de couilles”! Comme ses piteux pétages de durite tournent sur le Net, le gars a fini par se voir grand chef de la résistance anti-dictature sanitaire, section showbiz (avec Lalanne dans le rôle du pitoyable adjoint). Entre deux élucubrations politiques et deux délires complotistes, le Jean-Marie “menace” même de se présenter aux élections contre ces “connards de décideurs”.

Avec un vaste programme bien couillu, celui-là, écrit en cinq mots sur son t-shirt: “Allez tous vous faire foutre!” Et puis finalement non, parce qu’il est “trop sensible pour ce job” (?), il n’ira pas à la présidentielle. Mais, en grand sensible qu’il est, il n’oubliera pas d’insulter en boucle son ministre de la Santé, Olivier Véran, qui est “un mange-merde, un connard, Véran, véreux, variant!” Sa prédécesseure, Agnès Buzyn, a reçu la distinction bigaresque d’“espèce de grosse connasse, crève!” Jusque-là, on ne pouvait lui reprocher une certaine continuité dans sa consternante beauferie. Mais sur ces entrefaites, le président Macron annonce qu’un pass sanitaire sera exigé pour assister aux événements avec public de plus de 50 personnes.

Toujours aussi sensible, le valeureux combattant compare ce pass sanitaire à l’étoile jaune de la Shoah, faisant donc brillamment se rencontrer la crétinerie et l’abject. Pour ses spectacles, le grand résistant annonce ceci: “Il n’y aura aucun pass sanitaire!!! Je refuse catégoriquement!!!” Arrive le jour J, et là… Un petit tweet tout gentil. Tout poli. Tout respectueux de la loi. Tout penaud: “Les amis. Je me suis battu jusqu’au dernier moment mais il y aura bien un test sanitaire le 23 juillet à Fréjus et le 24 juillet à Nice. J’en suis désolé. Je vous attends nombreux.” À Fréjus, l’intrépide anti-vaccin qui en a des très grosses, lui, a donc joué devant une salle pleine… de vaccinés. On appelle ça comment encore, Jean-Marie, un gars qui retourne son paletot dès qu’il y a de la thune? Comme je veux rester courtois, je te laisse dire…

 

Plus d'actualité