Dans la tête d’un médecin anti-vaccin

De nombreux soignants refusent la vaccination contre le Covid. Au grand dam des autorités sanitaires. Rencontre avec Stéphane Résimont, qui assume ses positions “antivax”. 

Stéphane Résimont

Dans la salle d’attente du docteur ­Stéphane Résimont, des dizaines de certificats attestant de l’une de ses spécialités: la médecine anti-âge. C’est vrai, sa ressemblance avec ­Bernard Lavilliers – boucle d’oreille comprise – évoque comme un ­parfum de jeunesse éternelle. Mais d’autres affiches ne laissent aucun doute sur ses convictions vis-à-vis de la pandémie qui affecte le monde depuis mars 2020…

Vous allez vous faire vacciner contre le Covid?
Stéphane Résimont – Jamais de la vie. Je l’ai déjà fait deux fois, mon assistante l’a fait deux fois… Si je “fais les oreillons”, je ne me vaccine pas contre les oreillons. Et les gens qui n’ont pas fait le Covid et qui se font vacciner ont plus de probabilités de faire des complications et des pays commencent à considérer qu’une dose de vaccin suffit, il y a même des pays qui suggèrent de ne pas se faire ­vacciner.

Vous déconseillez donc à vos patients de  se faire vacciner…
D’abord, ce n’est pas un vaccin. C’est un essai ­thérapeutique au niveau mondial. Nous sommes, pour l’instant, des cobayes. Ce n’est pas moi qui l’invente: toutes les firmes pharmaceutiques le disent: nous sommes en phase 3. Je préfère d’abord voir ce que vont devenir les cobayes avant – éventuellement – de me faire vacciner.

Et pour les personnes âgées?
Mon père a 81 ans. Je lui ai dit: “Si tu te fais vacciner, je ne te parle plus”. Il sait que je tiens parole. Je n’ai pas envie de perdre mon père.

Pour les jeunes?
Pour les 25-30 ans, le vaccin ne sert à rien du tout puisqu’ils ne meurent pas de Covid… Tout ce qu’ils peuvent y gagner ce sont des inflammations du cœur: myocardite, péricardite…

Beaucoup de vos confrères, consœurs  pensent comme vous?
Pas mal, oui. Et beaucoup aussi ont reculé. Après leur première injection, ils ou elles ont constaté des effets secondaires importants et n’ont pas pris la deuxième dose. J’ai des collègues à Bruxelles qui se sont retrouvés suite au vaccin aux soins intensifs et j’en ai même un qui fait un alzheimer…

Un alzheimer n’est peut-être pas une conséquence du vaccin…
C’est quand même bizarre que quelqu’un en pleine forme, un mois après son vaccin, débute un alzheimer… C’est facile de dire que tous les problèmes qui arrivent avec le vaccin, c’est le hasard…

Est-ce que des membres de votre patientèle sont morts du Covid ou s’en sont tirés avec de graves séquelles?
Zéro.

Vous avez des explications?
D’abord je crois qu’on a exagéré le nombre de personnes touchées par le Covid parce que les tests ont montré beaucoup de “faux positifs”. S’agissant de ma patientèle, j’en ai soigné des centaines, je n’ai pas eu un seul mort, mais je leur ai administré des traitements précoces pour booster leur immunité.

Le vaccin empêche les gens atteints du variant Delta de faire des formes graves de la maladie…
Non, il y a autant de morts dus au variant Delta chez les vaccinés que chez les non-vaccinés (parce que dans certaines tranches d’âge les vaccinés sont beaucoup plus nombreux. Un rapport public anglais a établi qu’une personne non vaccinée de 50 ans avait 20 fois plus de chances de décéder du variant Delta qu’une personne protégée par un vaccin – NDLR).

Vous êtes vacciné contre d’autres maladies?
Oui. Tous les vaccins possibles je les ai faits. Je ne suis pas “antivax” classique, mais juste contre le vaccin Covid.

À quoi attribuez-vous le reflux des morts, des hospitalisations en soins intensifs,  des hospitalisations, des cas Covid?
Le professeur Raoult, une star mondiale en virologie, explique qu’une infection virale, ça monte et ça descend. Un nouveau variant? Une nouvelle bosse. Encore un autre variant? Encore une nouvelle bosse… Le vaccin n’y change rien. On a vu dans beaucoup de pays une augmentation du nombre de cas suite à la vaccination. Et les mesures de confinement ou le masque n’ont rien changé à l’épidémie (le professeur Raoult, longtemps opposé au vaccin Covid, vient de se prononcer pour la vaccination systématique du personnel soignant – NDLR).

Que penser alors du fait que l’immense majorité du monde médical affirme que le vaccin éteint l’épidémie?
Il y a un tel lavage de cerveau organisé… On en parle tellement dans les médias que finalement tout le monde a peur. On a mené la population par la peur…

Emmanuel André, Pedro Facon, Marius Gilbert… Les gens en charge de l’observation et de la gestion de l’épidémie auraient remisé leur esprit critique?
Allez voir les conflits d’intérêts…

Se vacciner ce n’est pas limiter la naissance des “variants”?
Non, c’est l’inverse. Le virus s’adapte au vaccin et “mute” en fonction de celui-ci. Et, c’est vrai, il devient moins dangereux et cause moins de morts mais devient plus contagieux…

Stéphane Résimont

Si on rend la vaccination du personnel soignant obligatoire, qu’est-ce que vous faites?
J’ai déjà perdu mon boulot à l’hôpital parce que je m’étais opposé au vaccin. Je demandais qu’on donne une information sur les risques encourus. La direction n’a pas apprécié, mais si c’était obligatoire, ce serait scandaleux. Scandaleux.

Vous ne craignez pas d’avoir des soucis avec l’Ordre des médecins?
Je m’y prépare. J’ai une batterie d’avocats sur la brèche. La bêtise humaine n’a pas de limite: obliger les gens à se faire vacciner, “acheter” les jeunes avec des DJ dans les centres pour qu’ils se fassent vacciner… Je ne suis pas complotiste mais j’ai un ami qui l’est. Il disait: “On va obliger les gens à se faire vacciner et avoir des marques – QR code ou autre – pour circuler”. Eh bien tout ce qu’il a dit se révèle comme étant vrai. Et maintenant, on appelle “complotistes” tous ceux qui ne veulent pas se faire vacciner. Moi, que je ne puisse plus opérer à l’hôpital? Ce n’est pas grave: j’ai 60 ans, je fais des conférences, j’ai ma pratique personnelle, j’écris des bouquins, je dispense des formations…

Alors pour vous, c’est quoi la solution à l’épidémie?
Arrêter d’emmerder les gens avec les vaccins, les masques et soigner les gens, comme pour une grippe, avec des médicaments. Cette épidémie, c’est une grippe, et dire qu’elle tue beaucoup, c’est un mensonge.

Chez nous, 25.000 morts, dans le monde,  4 millions… Pourquoi, partout et depuis un an et demi, les politiciens et les scientifiques prendraient au sérieux une épidémie qui ne serait “pas grave”?
Je ne comprends pas. C’est une très bonne question. Lorsqu’on en parle avec des amis, on ne comprend pas. Comment tous les gouvernements ont pris la même décision? Je ne suis pas complotiste, mais c’est quand même bizarre…

Plus d'actualité