En Belgique, vieillir coûte toujours plus cher

Le poids des pensions et des soins de santé a augmenté. Mais nos seniors sont mieux protégés.

Seniors @Unsplash

29,8 %  

La part du produit intérieur brut qui sera consacrée en 2070 aux dépenses sociales. Elle est aujourd’hui de 24,6 %.

1 %

L’augmentation en termes de dépenses due aux mesures du gouvernement actuel.

2050

La date à laquelle on atteindra un pic en termes de dépenses pour le vieillissement qui s’élèveront à 30,1 % du PIB.

13, 9 %

Les pensions sont largement responsables de l’augmentation des dépenses, passant de 10,5 % du PIB en 2019 à, selon les prévisions, 13,9 % en 2050.

80 %

Le taux d’emploi visé par le gouvernement Vivaldi pour faire face à ce coût. On est aujourd’hui à 69 %.

Le point final

Selon le Comité d’étude sur le vieillissement (CEV), les mesures récentes prises par le gouvernement fédéral en matière de pensions augmentent le coût du vieillissement. En revanche, le risque de pauvreté des âgés est en baisse. De récentes mesures ont relevé les pensions, notamment les plus basses. Ensuite, la participation accrue des femmes au marché du travail contribue également à la diminution du risque de pauvreté chez les pensionnés.

Davantage de femmes bénéficient dès lors de leur propre pension de retraite et le montant moyen de leur pension augmente suite à de plus longues carrières. La ministre en charge des pensions, Karine Lalieux (PS) préconise un investissement massif pour booster l’emploi: “Cela coûte peut-être aujourd’hui, mais ce sera rentable demain”. Elle présentera sa réforme pensions à la rentrée prochaine. Des mesures pour encourager les plus âgés à rester au travail dans de bonnes conditions sont prévues.

Sur le même sujet
Plus d'actualité