Quand Yves Coppieters joue les trouble-fêtes

Cachez ce Tomorrowland de la vaccination, qui est bien trop joyeux pour les jeunes…

Yves Coppieters @BelgaImage

Jusque-là confiné dans son labo d’épidémiologie de l’ULB, il était globalement inconnu. Et voilà qu’après un déboulé de virus, le professeur Coppieters, Yves de son petit nom, passe à la télé. Le voici donc “reconnu”. Mais pas tout seul. D’autres virologues et infectiologues occupent la place médiatique. Alors, se dit Yves, comment me distinguer dans cette “Nouvelle Viro-Star”? Pas façon Jean-Luc Gala, son confrère de l’UCL, pour qui la deuxième vague d’octobre n’était “pas si grave” (LOL) et sur laquelle on “surréagissait” (re-LOL). Ce qui faisait de lui une éphémère égérie des négationnistes du Covid, mais surtout la risée des scientifiques. Fin de la tournée de Gala, donc.

En mars dernier, Coppieters est à un anticorps de nous faire une Gala, suggérant de “suspendre la vaccination”. On ne sait toujours pas pourquoi. Lui non plus, probablement. Mais il frôle la sortie. Alors Yveke réfléchit. Et trouve: se démarquer, oui, ma non troppo. Il crée le concept dit de la “dissidence queue de cerise”. En gros, ça consiste à se particulariser à tout prix, mais par un souci du détail dont tout le monde se cale. Or donc la semaine dernière, Anvers a l’idée d’organiser une journée vaccination “Tomorrowland”, avec DJ, acrobaties et tout le kit du tac-boum. C’est fun. C’est léger. C’est festif. Et surtout, c’est efficace.

En un rien de temps, 4.000 jeunes s’inscrivent via Qvax. Et viennent se faire vacciner (par Marc Van Ranst et Erika De Vlieger, notamment). Et ils s’amusent. Et ils en parlent à leurs potes. C’est là qu’intervient Professeur Queue-de-Cerise, sur Twitter: “La vaccination est un acte médical qui doit se faire sur base d’un consentement éclairé. Ce n’est pas attirer les jeunes via des événements festifs”. Bref, le vaccin c’est du sérieux, les djônes! Vous qui avez déjà été privés de tout depuis un an et demi, sachez que la piquouze doit être solennelle, voire chiante. Certes, si on veut atteindre 80 % de vaccinations, votre adhésion est essentielle. Et tous les chouettes moyens sont bons. Mais surtout pas dans l’allégresse musicale, OK? Dixit le Professeur. J’entends quelqu’un dire: “Dis, Yves, tu ne retournerais pas dans ton labo? Tristement?” Si, je l’ai entendu…

 

Plus d'actualité