« Anéantis », « un rêve brisé » : éliminée par la Suisse, la France déchante

La presse spécialisée est déçue des Bleus, grands favoris dont elle clamait la supériorité jusqu’il y a peu. 

Mbappé déçu, les Suisses victorieux. (Maxppp)

Ils se voyaient déjà en haut de l’affiche. Pour plusieurs joueurs de l’Equipe de France, les Bleus avaient « la meilleure équipe du monde ».

Et ils n’étaient pas les seuls. De nombreux médias, amateurs et professionnels, n’avaient de cesse de le répéter un peu partout. 

Pourtant, ce lundi soir, la France, championne du monde en titre, s’est fait éliminer de l’Euro 2020 en huitième de finale par la Suisse. C’est un record pour la confédération helvétique: son équipe n’avait jamais atteint les quarts du championnat d’Europe. 

Le marquoir affichait 3-3 à la 90e minute, ce qui est déjà surprenant pour un tel match, puis n’a plus bougé jusqu’à la 120e. C’est donc aux tirs au but que tout s’est joué. Après 5 buts de la Suisse et 4 de la France, c’est au tour de Kylian Mbappé, mais le gardien suisse Yann Sommer arrête son ballon, mettant fin à l’Euro des Bleus. 

« La désillusion »

Soyons honnêtes : la France ne faisait pas partie des grands favoris pour rien. Sur le papier, l’équipe, à peu de choses près celle qui a remporté la Coupe du Monde 2018, semblait phénoménale. Sur les 22 sélectionnés, on retrouvait beaucoup de très grands joueurs, évoluant dans les meilleurs clubs d’Europe. 

On comprend dès lors qu’il était difficile pour la presse de se contenir. « Tous les pays nous les envient », titrait l’Equipe début juin, avec les portraits de Griezmann, Mbappe et Benzema. Le magazine So Foot, moins mesuré, faisait régulièrement les éloges des Bleus, parlant « d’une équipe d’extraterrestres », qui ne « savent faire qu’une chose : gagner à tout prix », demandant même après leur victoire contre l’Allemagne, « qui pourra battre l’Equipe de France » ? Eh bien, la Suisse.

Aujourd’hui, on ressent bien que l’ambiance n’était plus la même au sein des rédactions de ces différents médias. « Anéantis », titre l’Equipe en une, « Ramenez vos croupes à la maison », peut-on lire chez So Foot, « Deschamps, la disasterclass » ou encore « Quand le mythe de la défense forte s’écroule ».

Pareil dans la presse généraliste, « La désillusion » titre le Parisien, « Le naufrage » peut-on lire en une de la Provence, un « rêve brisé » pour le Figaro, alors que Le Monde ou Libération ont même préféré ne pas mentionner cette défaite en première page.

L’attention est évidemment focalisée sur Kylian Mbappe, attaquant star du PSG et des Bleus, qui a plutôt déçu durant cet Euro et plus particulièrement ce lundi soir. L’Equipe parle de la « désillusion Mbappe », Eurosport « d’un cauchemar » et So Foot lui met même 0/10, commentant qu’il a passé « 120 minutes à s’empêtrer ».

« Anthologique »

Côté Suisse, évidemment, on exulte. L’équipe nationale avait déjà atteint les quarts du mondial il y a des dizaines d’années, mais jamais à l’Euro. Toute la presse internationale salue la performance des Helvètes, même les Français, louant l’excellent match du gardien Sommer mais aussi de Granit Xhaca, nommé « Homme du Match ». « Incroyable, anthologique, mais réel », écrit notamment le médias espagnol AS

Désormais, la Suisse devra affronter l’Espagne vendredi. Une Roja qui a déçu en phase de groupes, avec une victoire et deux partages alors qu’elle était la favorite face à la Suède, la Pologne et la Slovaquie. Mais, comme la Suisse, elle s’est réveillée en huitième face à la Croatie, qui l’a fait souffrir jusqu’au bout, égalisant à 3-3 en toute fin de match et forçant les prolongations. Mais l’Espagne a profité de ce temps supplémentaire pour marquer deux points de plus.

On peut donc s’attendre à un quart de finale plein de surprise, qui décidera de l’adversaire de la Belgique en demi-finale. Si on élimine d’abord l’Italie, bien entendu.

Plus d'actualité