En chiffres : le parcours de la Belgique à l’Euro

Quatre matchs, quatre victoires, et quelques chiffres à sortir de ce début d’Euro quasi parfait.

Jan Vertonghen face à CR7. - BELGA

8

Avec huit buts inscrits en quatre matchs, les Diables font plus que le job. Plus que neuf pour que Krëfel rembourse les télés.

7,7 millions

Nous ne disposons pas des audiences belges de Belgique-Portugal à l’heure d’écrire ces lignes mais gageons qu’elles ont été bonnes. En France, notre huitième a en tout cas fait un carton avec 7,7 millions de téléspectateurs sur M6.

435.000

En cas de victoire finale, les Diables empocheront chacun 435.000 €. Ils ont, jusqu’ici, récolté 170.000 €. Des primes provenant des fonds UEFA offerts aux fédérations des pays participants.

23

La Belgique a souffert comme rarement face au Portugal, la preuve par le nombre de tirs concédés: 23 (dont 4 cadrés). Contre 6 pour les Diables, dont un cadré, le but de Thorgan Hazard.

101

Principale source d’inquiétude en début de tournoi, notre défense a impressionné dimanche à Séville avec le trio Alderweireld (32 ans) – Vertonghen (34) – Vermaelen (35). Soit 101 ans à eux trois.

Le point final

Les huit buts inscrits par la Belgique depuis le début de l’Euro correspondent à une moyenne honorable de deux buts par match, qui cache cependant un jeu plus pragmatique que romantique. La bande à Martinez a accepté de parfois laisser son beau jeu au placard, pour une application plus clinique. Le Portugal en a fait les frais. Ce qui n’empêche pas les Diables Rouges de rester calmes dans les moments chauds. On l’a notamment vu lors de l’altercation avec Pepe, qui avait découpé Thorgan Hazard sur une faute de mauvaise humeur. Cela aurait pu chauffer, les cartes auraient pu voler, ce ne fut pas le cas. Tant mieux vu la suspension automatique après deux cartes jaunes. Pour le moment, seuls trois Belges ont été avertis (T. Hazard, Alderweireld et Vermaelen). Calme, cynisme et efficacité, les ingrédients qui pourraient nous emmener au bout et qui seront déjà indispensables vendredi face à l’Italie. Et tant pis si c’est un peu moins joli.

Plus d'actualité