La fin de la règle du but à l’extérieur… Le foot, c’était mieux avant ?

L'UEFA change les règles du foot à tout va. C'est cette fois le fameux petit but à l'extérieur qui change tout qui passe à la trappe. On vous explique.

Belga

L’an prochain, les compétitions européennes de clubs (Champions League et Europa League) auront une autre saveur que d’habitude. L’UEFA a en effet décidé de mettre fin à la règle du but à l’extérieur qui compte double. Plaît-il ? On vous explique…

 

Imaginez un Standard – Real Madrid en Ligue des champions (oui, on a bien dit « imaginez »!). Imaginez un match aller à Santiago Bernabeu et une défaite honorable des Rouches 2-1. Au match retour à Sclessin, cependant, le Standard, plus conquérant que jamais, s’impose 1-0 devant le grand Real d’Eden Hazard. Le résultat des deux matchs est 2-2. Oui, mais voilà, c’est le Standard qui se qualifie grâce à son petit but marqué à l’extérieur !

 

Et bien, l’an prochain, c’est fini. Le Standard aura beau avoir marqué à l’extérieur, les deux équipes devront jouer les prolongations pour se départager. Et éventuellement aller jusqu’aux tirs au but. Résultat direct de ce changement de règle, les joueurs internationaux, déjà au bout du roll pour avoir un rythme de trois matchs par semaine, risquent de passer encore un peu plus de temps sur le terrain en jouant plus souvent les prolongations. De là, les risques accrus de fatigue, de blessure et que sais-je encore ?…

 

« Modernisation du football », qu’ils disent

 

Pourquoi cette nouvelle décision pour le moins surprenante ? L’UEFA se justifie en arguant qu’elle veut suivre la « modernisation du football »… C’est-à-dire ? C’est pas clair. Mais selon les statistiques, l’avantage qu’il y avait à jouer à domicile s’est sensiblement réduit depuis trente ans.

 

« Les statistiques depuis le milieu des années 1970 montre une tendance claire à la réduction continue de l’écart entre le nombre de victoires des équipes à domicile et celles à l’extérieur (de 61%-19% à 47%-30%) et du nombre moyen de buts par match à domicile par rapport à ceux inscrits à l’extérieur (de 2.02-0.95 à 1.58-1.15) dans les compétitions masculines ». Certes…

 

On ne va pas se mentir, le football européen, de plus en plus, prend des grands airs de football américain. Avec ses statistiques, ses données en tout genre, ses tactiques de plus en plus complexes, ses arrêts de jeu de plus en plus nombreux, ses double effectifs de joueurs, ses changements qui passent de trois à cinq, ses vérifications vidéo et ses règles de hors-jeu qui sont devenues totalement incompréhensibles… Ici, en simplifiant quelque peu les choses, l’UEFA pousse surtout les joueurs à donner encore plus pour le spectacle. Pourtant, cette petite règle toute simple du but à l’extérieur a justement donné pas mal de piment aux matchs de Coupe d’Europe depuis 1965.

 

Quelques exemples de buts à l’extérieur mémorables

 

1/4 de finale de la Ligue des champions 2018 entre Barcelone et l’AS Rome. Le Barça est sur le velours, ayant remporté la manche aller 4-1 sur ses terres catalanes. Match retour, les Italiens sont déchaînés et enfilent trois buts au Barça de Messi. 4-4 sur les deux rencontres, mais le petit but marqué à l’extérieur par les Romains leur permet de créer l’exploit.

 

1/8 de finale de la Ligue des champions 2009 entre Barcelone et Chelsea. Le plus bel exemple, peut-être, de ce que la règle du but à l’extérieur peut offrir comme émotions folles ! Le match aller s’était terminé sur un 0-0 au Camp Nou. Au match retour à Londres, Chelsea est sur orbite grâce à un but de Michael Essien. Les Blues sont prêts à doubler le score à multiples reprises, pourtant, rien ne rentre et, surtout, aucune faute n’est sifflée par l’arbitre… Résultat des courses, dans les arrêts de jeu, Andrès Iniesta envoie un extérieur du pied de toute beauté en pleine lucarne. Le Barça passe en demis, les Anglais crient toujours à l’injustice.

 

Plus près de chez nous, rappelez-vous la grande époque de l’Antwerp, finaliste de la Coupe des vainqueurs de coupes 1993. Lors des 1/4 de finale, les Anversois n’avaient pu faire mieux qu’un 0-0 à domicile face au Steaua Bucarest. Au match retour, c’est le scénario catastrophe : mené 1-0 par les Roumains, l’Antwerp se retrouve à dix après l’exclusion de Rudi Smidts. Et pourtant, à la 82e, alors que tout semblait perdu, Alex Czerniatynski envoie, d’un coup de tête à la retourne, la balle au fond des filets roumains. Grâce à ce but à l’extérieur inespéré, l’Antwerp continuera l’aventure et ne s’arrêtera qu’en finale, face au Parme de George Grün.

 

Un an plus tôt, c’est le FC Bruges qui s’avance en force dans la même compétition. En 1/4 de finale face au redoutable Atletico Madrid, les Brugeois sont défaits 3-2 en Espagne. Pourtant, ce résultat est accueilli comme une victoire. Et comment ! Deux buts à l’extérieur, à Madrid, c’est énorme ! Preuve deux semaines plus tard quand les Blauw en Zwart s’imposent 2-1 à domicile. Ce sont leurs deux buts à l’extérieur qui les qualifient !

 

Las, tout ceci n’est plus. On n’abordera plus les matchs à l’extérieur de façon particulière, cela restera un match comme les autres. Et on jouera les prolongations, encore et encore, jusqu’à l’épuisement.

 

 

Didier  Zacharie

Sur le même sujet
Plus d'actualité