Euro : Pourquoi les Diables jouent-ils en blanc ? Petites histoires des maillots de foot

L'Italie en bleu, l'Allemagne en blanc et noir, les Pays-Bas en orange... Et les Diables Rouges autrefois en blanc. Pourquoi les maillots des équipes de foot ne suivent pas forcément les couleurs du drapeau national ?

Belga

On les connaît presque mieux par leur petit nom : la Squadra azzura, les Bleus, les Diables rouges, les Oranje… Les équipes nationales de foot portent leurs couleurs. La plupart du temps, ce sont celles du drapeau, mais pas toujours. Cela dépend de l’histoire des nations et des équipes.

 

La « squadra azzura » en hommage à la Maison de Savoie

 

Vert-blanc-rouge, ce sont les couleurs de l’Italie. Celles qui se retrouvent sur la pizza margherita offerte à la reine Marguerite de Savoie. Dès lors, pourquoi les Italiens jouent-ils tout de bleu vêtu ? Et bien, il faut revenir à la Maison de Savoie, dont le premier roi d’Italie, Victor-Emmanuel II, est issu. Il s’avère que le drapeau national italien doit beaucoup aux armoiries de la Maison de Savoie. Celles-ci (une croix blanche sur fond rouge entourrée de bleu) étaient mises au centre du drapeau national jusqu’à la chute de la monarchie en 1946. Or, ces armoiries étaient entourées de bleu.

 

Fondée en 1898, la ligue de football italienne n’a cependant joué son premier match qu’en 1910. L’équipe était alors tout de blanc vêtue. Et puis, un an plus tard, il a été décidé de marquer le coup et de renforcer le bleu entourant les armoiries de la Maison de Savoie. C’est ainsi que l’équipe de foot italienne est devenue la squadra azzura et ça fait plus de 100 ans que ça dure.

 

Belga

 

Les Pays-Bas derrière Guillaume d’Orange

 

Même hommage à la royauté du côté des Pays-Bas dont le drapeau aux couleurs bleu-blanc-rouge (ça vous dit quelque chose?) n’est pas exactement l’élément le plus visible de leur tenue sportive. C’est pour commémorer l’indépendance face à l’Espagne de Charles Quint sous le leadership de Guillaume d’Orange que les Pays-Bas jouent dans cette couleur.

 

En réalité, la dynastie Orange et cette couleur représentent plus les Pays-Bas que les couleurs du drapeau national pourtant adoptées à l’indépendance par ce même Guillaume d’Orange. Il avait repris un vieux drapeau, dit drapeau des Princes, qui représentait les grandes familles du pays. Sauf que l’orange de sa famille a, au fil du temps, été remplacée par le rouge. Vous avez dit bizarre ?

 

Belga

 

La Mannschaft en tenue prussienne

 

Les couleurs de l’Allemagne (des lignes horizontales noir, rouge, jaune) n’ont été adoptées qu’après la guerre, en 1949, reprenant le drapeau de l’éphémère République de Weimar (1918-1933). Avant cela, l’Allemagne était représentée par le noir, le blanc et le rouge. Ces couleurs, mises à l’horizontale, étaient de l’Empire allemand créé en 1871 – et reprises plus tard par le régime nazi. Leur origine est à aller chercher du côté de la Prusse. Les couleurs blanc et noir étaient alors les couleurs dominantes : deux bandes noires fines sur les bords supérieurs et inférieurs et un aigle sur fond blanc. Un drapeau qui ressemble étrangement au maillot des joueurs de la Mannschaft.

 

Belga

 

Et si toutes ces histoires sonnent quelque peu nationalistes et nous ramènent à un temps où nos pays se déchiraient par la guerre et de trop gros égos… C’est peut-être parce que c’est un petit peu le cas. Heureusement, il reste nos Diables… Des Diables rouges ou blancs, d’ailleurs ?

 

Les Diables blancs

 

Nos Diables rouges, c’est bien connu, jouent tout de rouge vêtu avec quelques teintes discrètes de noir et de jaune. Pourtant, c’est en blanc que notre équipe nationale a commencé à jouer de 1900 et 1902. Pour quelle raison ? C’est pas clair, mais sans doute était-ce simplement plus facile à dégoter, des maillots tout blancs.

 

Par contre, on sait pourquoi les Diables rouges sont repassés au blanc durant les années 70, sous la direction de Raymond Goethals. Raymundo, qui ne laissait aucun détail au hasard, préférait le blanc, parce que ça permettait aux joueurs de se repérer plus facilement sur des terrains qui n’étaient pas toujours éclairés convenablement – surtout dans le brouillard. Quand il a pris les rennes de l’équipe, Guy Thijs est repassé au rouge, avec les beaux résultats en Coupe du monde que l’on connaît. Depuis, peut-être par superstition ou pour honorer leur surnom, les Diables rouges restent tout rouges. Sauf quand ils sont reçus par un pays dont le maillot est rouge, comme jeudi dernier le Danemark. On a vu où cela a failli nous mener.

Sur le même sujet
Plus d'actualité