La Belgique va devoir jeter 2,4 millions de doses du vaccin J&J

Les problèmes de livraison du vaccin de Johnson & Johnson vont causer un retard pour la campagne de vaccination en Belgique, probablement de trois semaines.

©belgaimage-177452241

Nouveau couac pour le vaccin de Johnson & Johnson. Après avoir été suspendu chez nous à la fin mai pour les moins de 41 ans, suite à de très rares cas de thromboses, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé vendredi que des lots bloqués du vaccin J&J contre le coronavirus ne seraient pas délivrés et devaient être détruits. De quoi mettre un léger coup de frein à la campagne de vaccination belge. Selon le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke, interviewé dans « De Ochtend » sur Radio 1, le retard occasionné sera probablement de 3 semaines.

En cause : la contamination, sur le site de Baltimore d’un sous-traitant de J&J, de substances actives du vaccin américain par des composantes du vaccin AstraZeneca. « Le gouvernement américain a décidé de détruire les vaccins mixtes, a expliqué Frank Vandenbroucke. Les gouvernements européens ont gardé provisoirement sous cloche les productions de l’usine qui ont peut-être aussi connu le même problème. Mais, il est désormais clair qu’ils ne les délivreront pas ». Selon l’EMA, 17 millions de doses sont concernées au niveau européen, et vont donc terminer à la poubelle. Dont 2,4 millions stockées à Beerse (province d’Anvers).

La Belgique devait obtenir 1,4 million de doses du vaccin J&J au début du mois de juin. À la fin du même mois, « nous n’en aurons que 450.000. Cela posera un retard dans la vaccination, a confirmé le ministre, qui table sur un retard de trois semaines. « Nous ne savons pas combien de vaccins Johnson & Johnson seront livrés en juillet. Nous verrons où nous en sommes fin juin, début juillet. Mais il faut rester optimistes et ne pas paniquer » a-t-il ajouté.

Avantages logistiques

Reste à voir quel sera l’impact exact de ce nouveau pépin de livraison. Jusqu’ici, la campagne belge n’avait pas vraiment reposé sur le vaccin américain (sur un total de 7 881 425 doses livrées à la Belgique au 6 juin, seules 312 400 venaient de J&J, contre près de 5 millions rien que pour Pfizer/BioNTech). Mais parce qu’il est unidose, le Johnson & Johnson présente l’avantage logistique de pouvoir vacciner des publics plus précaires ou plus difficiles à toucher.

Dans le contexte des vacances d’été, il est également très intéressant pour tout ceux qui envisagent de voyager à l’étranger. Contrairement à la France, où une seule dose est nécessaire pour l’obtenir, la délivrance du certificat sanitaire européen sur base de la vaccination est seulement accordée en Belgique après la deuxième dose.

Sur le même sujet
Plus d'actualité