Vacances : l’horizon s’éclaircit pour les agences de voyages

Le déconfinement a redonné l’envie à la clientèle de faire appel aux agences. Mais il reste encore beaucoup d’incertitudes et de changements à prendre en compte.

©belgaimage-154201072

Avec le déploiement d’un certificat sanitaire européen dès le 1er juillet et la promesse d’une certaine harmonisation des mesures liées aux voyages, la perspective des vacances d’été s’est quelque peu éclaircie. Les Belges sont prêts à voyager ; une enquête menée en mai par Touring montrait que 65% de nos concitoyens envisageaient de partir à l’étranger. Mais seulement 31% des sondés avaient déjà réservé leur voyage. Il faut dire que toutes les incertitudes ne se sont pas dissipées. Pas plus tard que samedi dernier, l’Espagne changeait ses conditions d’accès au territoire : un test négatif y sera demandé 48 heures avant le départ et non plus 72 heures avant…

Malgré tout, les agences de voyages voient arriver à nouveau la clientèle. « La majorité des agences enregistrent une forte hausse des réservations », indiquait ainsi à la DH Anne-Sophie Snyers, secrétaire générale de l’Union professionnelle des agents de voyages (Upav). De bonne augure pour le secteur, même si tout est encore loin d’être parfait. « Par rapport à un mois de juin normal, on est à 40, maximum 50 % de l’activité », estimait Anne-Sophie Snyers. D’autant que le premier trimestre représente normalement 36% du chiffre d’affaires d’une agence en moyenne ; 36% sur lesquels le secteur a évidemment dû faire une croix.

Le rush pour les grandes vacances

Rhodes, Tenerife, Gran Canaria, la Crète… Il semble que cette année encore le bassin méditerranéen soit le lieu de villégiature préféré des Belges à l’étranger. Et si, traditionnellement, les réservations concernent autant l’été que la fin de l’année, cette fois, ce sont les grandes vacances qui sont plébiscitées.

« La vague de réservations depuis quelques semaines concerne clairement juillet et août, et un peu septembre » expliquait dans La Libre Frank Bosteels, porte-parole de Connections. « Les gens commencent à se rendre compte qu’il n’y aura peut-être pas de place pour tout le monde en juillet et août et cela suscite un rush important ».

Bons et mauvais élèves

Il semble donc plus que temps de penser à sa prochaine destination. Mais avant de réserver, il est important de choisir la bonne plateforme de réservation, la bonne compagnie aérienne et/ou le bon tour-opérateur. Test Achat vient de dresser son classement des bons et mauvais élèves du secteur, en fonction de leur réactivité à traiter les annulations de vols et de voyages suite au Covid l’an dernier.

« Nous avons reçu des milliers de plaintes de consommateurs qui ont été remboursés tardivement ou qui n’ont pas (encore) été remboursés par la compagnie auprès de laquelle ils ont réservé leurs vacances, note l’association de défense des consommateurs. Nous avons donc contacté toute une série d’opérateurs du secteur du voyage : compagnies aériennes, tour-opérateurs et plateformes de réservation. Certains d’entre eux se sont montrés très réactifs et accueillants, et ont traité les plaintes de manière efficace. D’autres ont peu ou pas du tout réagi ».

Le classement est disponible ici.

Plus d'actualité