Signes religieux dans la fonction publique « Les partis politiques déploient des trésors d’imagination pour ne rien décider »

Ce matin, dans "Il faut qu'on parle", Maxime Binet recevait Nadia Geerts, essayiste, chroniqueuse et militante laïque.

Unsplash

Au micro de DH Radio, Nadia Geerts s’est prononcée sur la question du port du voile dans les institutions publiques. Elle estime que la Belgique a un retard majeur en la matière.

« Nous sommes très en retard en Belgique. Cela fait 15 ou 20 ans que je suis cette problématique et cela fait 15 ou 20 ans que les partis politiques déploient des trésors d’imagination pour surtout ne rien décider. Et ce, peu importe le niveau auquel une décision doit être prise. A l’école, il n’y a toujours pas de règle générale fixant le cadre des signes religieux », peste-t-elle.

L’essayiste avance également que la Belgique a du mal à se positionner concernant les signes religieux parce qu’elle est divisée géographiquement et culturellement. « On est à mi-chemin entre un modèle de société laïque et un modèle de société multiculturaliste. En Belgique, on hésite et on bricole depuis 20 ans. Nous avons de grosses difficultés à nous positionner », continue-t-elle.

Elle est également revenue sur le positionnement du PS dans ce dossier. « Je suis satisfaite qu’ils se soient positionnés mais je ne suis pas satisfaite de la nature de ce positionnement. Je pense que cela va entraîner plus de problèmes que de solutions. (…) Je pense que le PS ne veut blesser personne mais c’est, selon moi, une fausse bonne solution ».

Plus d'actualité