Éclipse ce jeudi: à quoi s’attendre?

S’ils ne seront pas aux premières loges, les Belges auront quand même droit à un petit spectacle. Pour le réseau électrique, l’événement prendra la forme d’un test.

Éclipse partielle vue depuis Francfort, en Allemagne, le 20 mars 2015 @BelgaImage

Ce 10 juin, une éclipse obscurcira le ciel belge pendant pas moins de deux heures. Mais attention, il ne faut pas s’attendre à un événement comparable à ce qui s’est produit en 1999. Non seulement il s’agit ici d’une éclipse annulaire, mais il faut en plus préciser que la Belgique se situe assez loin des régions qui l’observeront le mieux. Mais qu’importe, la magie sera là! Et coup de chance: le ciel devrait être assez dégagé pour pouvoir admirer l’événement qui promet d’attirer la curiosité d’un grand nombre de personnes.

Rendez-vous à 12h19!

Concrètement, une éclipse annulaire se déroule lorsque la Lune se trouve trop éloignée de l’orbite terrestre. L’astre ne cache pas entièrement le Soleil et depuis la Terre, une sorte d’anneau rayonnant apparaît alors autour d’un centre noir. Ça, c’est l’éclipse telle qu’elle sera vue par ceux qui auront la chance d’être les mieux placés pour l’observer, c’est-à-dire essentiellement les Canadiens.

La Belgique en revanche est plutôt située aux confins visibles du phénomène. L’éclipse annulaire deviendra donc, pour l’Europe, partielle. Autrement dit, seule une partie du Soleil sera cachée. Ce sera assez pour assombrir le ciel mais ceux qui étaient là en 1999 risquent d’être un peu déçus. Quoi qu’il en soit, les Belges pourront lever les yeux entre 11h17 et 13h25. L’éclipse maximale aura lieu à Bruxelles à 12h19 et près de 26% du diamètre du Soleil seront alors cachés par la Lune.

Mais que l’on ne s’y trompe pas. Que ce soit une éclipse totale, annulaire ou partielle, il ne faut pas en aucun cas regarder directement le Soleil sans protection. Il faudra porter des lunettes adaptées avec des filtres solaires, disponibles chez les opticiens, pour ne pas endommager sérieusement l’œil. Sans cela, il faudra être plus inventif, par exemple en projetant l’image de du Soleil sur un écran.

Outre cet aspect ludique, l’éclipse permettra aussi de tester le système électrique du gestionnaire de transport d’électricité à haute tension Elia. Du fait de ce phénomène, ses capacités de production d’électricité solaire chuteront temporairement de 15%. Un chiffre non négligeable mais qui ne fait pas peur à la société qui a « mis en œuvre tous les préparatifs nécessaires pour garantir la continuité de l’approvisionnement en électricité dans notre pays« , comme elle le déclare à Belga.

Elia estime que cet événement lui permettra de faire une sorte de « répétition générale » avant la prochaine éclipse partielle, prévue pour le 25 octobre 2022. Quant aux prochaines éclipses totales, il faudra encore attendre. La prochaine visible en Europe est celle du 12 août 2026, dans le Nord de l’Espagne. Le 2 août 2027, toute la côte nord-africaine aura droit au même spectacle, toujours perçue de façon partielle en Belgique. Enfin, pour en voir une pas trop loin de la Belgique, il faudra patienter jusqu’au… 3 septembre 2081. L’éclipse totale sera alors visible en France de la Bretagne au Jura.

Sur le même sujet
Plus d'actualité