Comment s’annonce le retour au boulot post-pandémie ?

Un retour à la réalité où se mélangent suppression des primes, relance de la société et parfois même, début d’un premier job sans passer par la case stage.

Bureau - Unsplash

L’emploi revient avec le soleil, mieux, cette embellie ira encore en s’améliorant. Vu d’en haut, même s’il a pris des coups, le marché du travail ne s’est pas écroulé et les aides ont fait leur job. Mais sur le terrain, les vérités sont bien différentes de ces “bonnes moyennes”, parce que les réalités sont incomparables entre, par ­exemple, un secteur des soins en surrégime et l’Horeca à l’arrêt pendant des mois.

On peut aussi se demander comment l’économie belge réagira quand, plus ou moins brutalement, disparaîtra le soutien des primes et des exemptions. Ou si la Wallonie va enfin réussir sa relance après 20 ans de Contrats d’avenir et 3 Plans Marshall, tout ça pour rester bien en dessous (-10 %) de la moyenne européenne. Son plan à 10 milliards contient autant d’idées encourageantes que de vieilles recettes désespé­rantes.

Et si les gouvernements ne peuvent plus grand-chose pour nous, que peut-on faire pour soi-même? Quand il s’agit de décrocher un premier emploi sans l’appui de stage, sans l’opportunité d’un vrai entretien en “physique”? Quand on s’aperçoit qu’il est aujourd’hui plus difficile de se remettre d’un licenciement? Ou bien quand on rêve, comme 40 % des Belges, de reconversion parce que la pandémie a changé le regard sur son employeur ou sa carrière? Ces questions sont celles ­auxquelles répond notre dossier.

Retrouvez notre dossier « Le retour du travail »

 

Cover

 

Plus d'actualité