Quand la vie reprend, enfin

Du soleil sur les terrasses, un concert, des sports, des chiffres libérateurs... Enfin l’espoir luit.

Concert Indochine - BelgaImage

La semaine a mal commencé. L’OMS confirmait ce qu’on supposait: le nombre officiel des morts dans le monde (3,5 millions) est très sous-estimé. Si on corrige les mensonges d’État et les décès non répertoriés, on serait entre 6 et 8 millions. Mais ce bilan catastrophique n’a fait qu’ajouter par contraste aux soulagements du jour. Avec à peine 40 morts quotidiens, l’Italie est à son chiffre le plus bas depuis l’automne 2020. Moins de 3.000 patients en réanimation, c’est la meilleure situation en France depuis la hausse de janvier 2021.

En Belgique, nous sommes largement sous les 500 malades en soins intensifs, ce qui permettra de poursuivre notre déconfinement lors du Comité de concertation du 4 juin. Des victoires symboliques se sont aussi accumulées: finale de Champions League avec 16.500 spectateurs, 40 ans d’Indochine fêtés à Bercy devant 5.000 fans, lunettes de soleil et chapeaux de paille retrouvés à Roland-Garros…

Pendant que notre ministre de l’Intérieur imagine effacer la règle des bulles, la France réfléchit à imiter les États-Unis qui permettent aux vaccinés d’enlever leur masque à l’extérieur. Un incitant parmi d’autres qui vont jusqu’à un gros lot d’un million de dollars! On devrait y songer en Belgique où un adulte sur deux a reçu une dose, mais où il sera difficile d’atteindre ces 80 % nécessaires à l’immunité collective.

Pour y arriver, on pourrait piquer les jeunes. Mais dimanche, RTL-TVI a montré que ce n’était pas gagné entre parents qui ne “veulent pas qu’on touche à leurs enfants” et ados refroidis par “ce qu’on voit à la télé” (on se demande bien quoi, les médias soutiennent à fond la vaccination). Il faut croire qu’ils confondent avec Facebook ou YouTube. Dommage parce que lundi, la chaîne parlait d’une maison de repos nivelloise dont la moitié des pensionnaires était infectée par le variant indien. Quasi tous vaccinés (98 %), ils n’avaient jusqu’ici développé aucun symptôme grave. De quoi faire changer d’avis le quart du personnel soignant qui avait refusé la vaccination. Seize d’entre eux sont malades.

 

Plus d'actualité