Toujours introuvable, Jürgen Conings continue d’accaparer les esprits

La situation fait réagir le monde politique, mais aussi Facebook, qui a supprimé le groupe de soutien au militaire activement recherché.

La ministre de la Défense et le chef de la Défense, l'Amiral Hofman se sont exprimés. (Belga)

Cela fait une semaine désormais que Jürgen Conings est recherché. Les pistes sont nombreuses et le militaire, considéré très dangereux après avoir menacé le virologue Marc Van Ranst et volé des armes militaires, reste introuvable. Une situation qui provoque des réactions de tous types.

Samedi et dimanche, plusieurs centaines de personnes ont marché dans l’entité de Maasmechelen en soutien au fugitif. Des manifestations organisées par un groupe Facebook de plus 24.000 membres intitulé « Als 1 achter Jürgen » (Tous unis derrière Jürgen). Une lieu de rassemblement virtuel qui n’a pas plu au réseau social de Mark Zuckerberg, qui l’a fermé ce mardi matin. Le compte du caporal recherché a lui aussi été supprimé.

Cet après-midi, lors d’une conférence de presse, la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS) a d’ailleurs condamné ces soutiens. « Soutenir cet homme, c’est soutenir un homme qui menace de tuer ou blesser des innocents. Cela montre aussi que les idées radicales et exprimées sont tolérées voire endossées par certains depuis longtemps. Ils nuisent à la réputation et à l’honneur des 25.000 membres qui composent la Défense ».

Beaucoup de témoignages

Evidemment, comme c’est souvent le cas lors de cavales de ce type, de nombreux Belges pensent voir le recherché un peu partout. On apprenait ce mardi que la Police a déjà reçu 185 témoignages rien qu’en une semaine. Et on ne parle ici que des gens qui ont contacté la cellule Avis de recherche de la police fédérale. « D’autres signalements peuvent également être faits via d’autres canaux », a précisé la porte-parole de la police fédérale à La Libre, « Ce qu’on peut dire, c’est que chaque témoignage est pris au sérieux et que chaque information est vérifiée. On remercie ici les citoyens pour leur aide ».

Parmi ces signalements, un élève d’une école d’Evergem avait déclaré avoir vu le militaire dans le parc Grossenkneten, non loin de son établissement scolaire. Les lieux ont été fouillés de fond en comble ce mardi après-midi mais les recherches n’ont rien donné.

« Une affaire d’état »

La situation a aussi été commentée dans le milieu politique. Le député fédéral MR Denis Ducarme a été jusqu’à dire que « l’affaire Conings/Dedonder est une affaire d’État » et que la Belgique est « confrontée à un militaire surentraîné qui est pourchassé depuis une semaine, pas pris et susceptible de frapper à tout moment. » Pour lui, à une autre époque, la ministre de la Défense aurait déjà rendu sa démission. 

Des propos qui ont fait réagir le président du cdH, Maxime Prévot, qui s’est étonné d’une telle remarque, alors que le PS et le MR font partie de la majorité fédérale. « On peut se demander si le gouvernement est encore pleinement solidaire envers sa ministre. Au sein de la majorité, on assimile le nom de la ministre à une affaire d’Etat. A l’heure actuelle, on devrait être solidaire pour en finir avec cette chasse à l’homme plutôt que de se lancer dans une chasse à femme », a-t-il déclaré sur DH Radio

 

Plus d'actualité