Des chercheurs de Wuhan auraient présenté des symptômes avant le début de l’épidémie

Selon le Wall Street Journal, trois chercheurs auraient été hospitalisés en novembre 2019, quelques semaines avant le premier cas officiellement recensé par la Chine. De quoi relancer la théorie selon laquelle le Covid-19 se serait échappé de l’Institut de virologie de Wuhan.

© BELGAIMAGE-172717598/ Devant l’Institut de virologie de Wuhan, le 3 février 2021

« Complètement faux ». Comme on pouvait s’y attendre, le ministre des Affaires étrangères chinois, Zhao Lijian, a démenti ce lundi 24 mai les informations publiées par le Wall Street Journal. « Les États-Unis continuent à exagérer la théorie des fuites en laboratoire. Se soucient-ils de la traçabilité ou est-ce qu’ils essaient simplement de détourner l’attention ? » s’est demandé Zhao Lijan. Dimanche, le Wall Street Journal s’était fait l’écho d’un rapport des renseignements américains. Des sources citées par le quotidien américain évoquaient des « données très précises », mais nécessitant des approfondissements.

Selon ce rapport, trois chercheurs de l’institut de virologie de Wuhan auraient été hospitalisés en novembre 2019, pour des symptômes compatibles avec le Covid-19. Pour rappel, les premiers cas de coronavirus officiellement recensés l’ont été en décembre 2019, près du marché de Wuhan.

Recherches complémentaires

L’article du Wall Street Journal paraît alors que l’Organisation Mondiale de la Santé doit décider lundi des prochaines étapes dans les investigations sur l’origine du Covid. Les experts privilégient la piste de la transmission naturelle d’un animal réservoir (potentiellement la chauve-souris) à l’homme, par l’intermédiaire d’un autre animal (le malheureux pangolin a longtemps été le suspect n°1). Une enquête conduite conjointement par des scientifiques mandatés par l’OMS et des experts chinois à Wuhan n’a pas apporté de réponse définitive.

Les chercheurs ont bel et bien conclu que l’hypothèse la plus probable était la transmission naturelle via un animal intermédiaire, mais ont déploré ne pas avoir pu travailler librement durant leur séjour à Wuhan. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a demandé des recherches complémentaires. La Chine a toujours fermement réfuté l’hypothèse d’un accident de laboratoire, thèse défendue par l’administration Trump.

Remonter aux origines

Pour tenter de percer tous les mystères du virus, les spécialistes s’acharnent depuis un an et demi à scruter les séquences de son génome, le comparent à d’autres virus et s’efforcent d’identifier les premiers malades du Covid-19 et les animaux avec lesquels ils ont été en contact.

Un travail de fourmi, comme l’expliquait au Monde Etienne Simon-Lorière, chercheur en virologie à l’Institut Pasteur. « Trouver l’animal hôte, c’est comme chercher une aiguille dans une meule de foin D’autant qu’en Chine, ce sont des surfaces immenses où collecter ». Le fameux « patient zéro » de la pandémie est pour l’heure inconnu. Et pourrait bien le rester, surtout s’il était asymptomatique.

Plus d'actualité