Menacé, Marc Van Ranst est soutenu par Emmanuel André et d’autres

Plusieurs personnalités se disent choquées par la menace pesant sur la famille du virologue. L’occasion de rappeler aussi comment les experts peuvent devenir des cibles.

@BelgaImage

C’est une véritable vague de soutiens qui s’est formée depuis hier pour défendre Marc Van Ranst. Ce dernier a dû être placé en «lieu sûr» avec ses proches après qu’un ancien militaire lourdement armé et hostile aux virologues ait été déclaré introuvable. Une précaution qui a ému la communauté universitaire, choquée de voir la vie d’un de leurs collègues menacée. Plusieurs scientifiques ont ainsi pris la parole pour se révolter contre ce danger que certains connaissent déjà bien.

De nombreux messages sur les réseaux sociaux

Parmi les plus importants virologues qui ont réagi, on trouve son collègue de la KU Leuven, Emmanuel André. Sur Twitter, celui-ci s’est indigné en voyant jusqu’à quel point les menaces envers des scientifiques peuvent aller. « Quand ton collègue, que tu as vu travailler nuit et jour depuis un an et encaisser tant de rhétoriques banalisantes, insultantes ou menaçantes, doit être mis en lieu sûr par la police parce que sa vie est en danger », écrit-il.

À l’université de Gand, le recteur Rik Van de Walle a lui aussi tenu à prendre la parole sur Twitter. «Tout mon soutien pour le Pr Marc Van Ranst, ses proches et tous ceux qui sont menacés verbalement ou physiquement ou même intimidés parce qu’ils disent quelque chose de différent de ce que l’on souhaite entendre». «C’est complètement inacceptable», a-t-il conclu. Même ceux qui s’opposent souvent à Marc Van Ranst ont parfois soutenu le virologue. C’est le cas de l’ancien recteur de la KU Leuven, Rik Torfs. «Il n’est pas nécessaire d’être toujours d’accord avec Marc Van Ranst – et souvent je ne le suis pas – pour condamner fermement toute menace contre sa personne et, plus généralement, toute menace de violence».

Des personnalités politiques ont également réagi, à l’instar du secrétaire d’État à l’asile et à la migration Sammy Mahdi (CD&V): «Cela doit être terrible pour Marc Van Ranst et sa famille. Bon courage à lui», a-t-il tweeté. Même son de cloche du côté de la présidente de Groen, Meyrem Almaci. «Les mots ne sont pas innocents. À tous ceux qui, encore et encore, ont systématiquement envoyé le flot orchestré de haine et de terreur verbales à Marc Van Ranst: celui-ci est sur vous. Courage à Marc Van Ranst et sa famille».

Des flots interrompus de haine

Ce mardi soir, un de ceux à avoir eu un contact direct avec Marc Van Ranst, c’est le vaccinologue Pierre Van Damme, de l’Université d’Anvers. Lui aussi montre son soutien à son collègue mais il précise aussi que les menaces pesant sur le virologue sont loin d’être un cas isolé. «Je reçois des messages haineux dans ma boîte aux lettres presque tous les jours», dit-il au Nieuwsblad. «Mes enfants (qui ont la vingtaine) ont même une application spécifique sur leurs téléphones afin qu’ils puissent avertir la police plus rapidement lorsqu’ils sont dans le besoin». Le quotidien flamand précise que d’autres scientifiques flamands peuvent également être pris pour cibles, à l’instar d’Erika Vlieghe, présente du groupe d’experts du GEMS.

Quant à Marc Van Ranst, il ne manque pas de prendre la parole via Twitter pour commenter ce qui lui arrive. «Être contre les mesures Covid et les vaccins coïncide trop souvent avec la glorification de la violence et du racisme ordinaire. Je ne suis pas surpris que les menaces proviennent presque exclusivement de ces milieux. Qu’une chose soit claire: de telles menaces ne m’impressionnent pas du tout», dit-il.

Sur le même sujet
Plus d'actualité