Le plus grand iceberg du monde s’est séparé du pôle Sud

En prenant le large, il pourrait connaître un sort similaire à ses prédécesseurs.

Image satellite comparant la taille de l'iceberg A-76 et de l'île de Majorque @Capture d'écran Twitter ESA

Il s’appelle A-76 et fait 170 km de long pour 25 km de large. La superficie de cet iceberg est si gigantesque qu’elle est pratiquement équivalente à celle de la province du Luxembourg, pourtant la plus grande de Belgique. Et ce mercredi, sa séparation du pôle Sud a été annoncée officiellement par l’Agence spatiale européenne (ESA). Ce sont donc 4.320 km² de glace qui partent désormais à la dérive. Cela peut sembler impressionnant mais en réalité, c’est loin d’être un événement inédit.

Direction le cimetière des icebergs?

Par ses dimensions, A-76 est le plus grand iceberg qui existe actuellement à la surface de la planète. Mais avant lui, ses grands frères étaient encore plus gros. C’est le cas de l’iceberg A-68, qui mesurait 5.800 km² lorsqu’il s’est détaché de la barrière de glace dénommée Larsen C en juillet 2017. C’est plus du tiers de la superficie de la Wallonie. Après avoir stagné près de l’Antarctique pendant près d’un an, il est parti droit vers l’île de Géorgie du Sud. Arrivé à proximité de cette dernière, il est resté bloqué par le relief sous-marin et s’est disloqué au cours du début de l’année 2021 sous l’effet des eaux plus chaudes de la région.

Il se pourrait que A-76 suive la même direction de la Géorgie du Sud qui prend des allures de cimetière d’icebergs. Malgré tout, A-68 venait de la péninsule Antarctique, alors qu’A-76 est originaire du fin fond de la mer de Weddell, située au sud-est. Il va donc d’abord dériver au sein de cette portion de l’Atlantique sud.

Quoi qu’il arrive, A-76 ne rivalisera aucunement avec le destin de l’iceberg le plus grand jamais recensé: B-15. Détaché de l’Antarctique en 2000, il faisait 11.000 km², soit l’équivalent des deux tiers de la Wallonie. Il avait fait le tour d’une bonne partie du continent de glace, perturbant les courants océaniques et la faune locale. Il était même entré en collision avec l’énorme langue de glace Drygalski, en arrachant plusieurs morceaux d’environ 70 km². En 2017, il est arrivé en mer de Weddell puis a pris la direction de la Géorgie du Sud, avant de fondre là-bas l’année suivante.

Sur le même sujet
Plus d'actualité