À quoi ressemblera une vie sans s’inquiéter du Covid?

Le petit doigt de la CIA nous l’a dit… Et ce n'est pas réjouissant.

Greta Thunberg @BelgaImage

Dix jours de terrasses sous la pluie… Le soulagement n’aura pas duré longtemps. On commençait à peine à rêver d’une suite entre port du masque allégé et troisième dose qu’il est déjà question de ce qui nous attend dans vingt ans. Il faut savoir qu’à chaque nouveau président américain, la CIA offre le même cadeau: un rapport sur l’état du monde à venir.

Le monde en 2040 vu par la CIA

L’édition actualisée pour Joe Biden vient d’être traduite en français (Le monde en 2040 vu par la CIA, 258 p. aux Éditions des Équateurs) et, en comparaison, les discours de Greta Thunberg, ce sont des ­blagues de Toto. Le réchauffement climatique n’y fait aucun doute, ses conséquences non plus. Surtout dans les pays en développement dont l’agriculture dépend essentiellement des pluies alors que les régions plus au nord verraient, elles, leurs belles saisons – et donc leurs productions – s’accroître.

Le progrès informatique, en parti­culier celui de l’intelligence artificielle, va encore creuser davantage ces inégalités. Malheureusement, l’agence de renseignement américaine prédit que les groupes terro­ristes en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie du Sud auront eux aussi les moyens de décupler leur capacité de nuisance avec des technologies de pointe. Et ce ne serait pas le pire dans un jeu international où les grandes puissances relanceront de nouvelles guerres froides.

Les désordres poli­tiques et sociaux devraient être aussi intérieurs et s’intensifier entre des citoyens de plus en plus défiants envers des gouvernements de moins en moins capables de répondre à leurs attentes. Ces tensions devraient favoriser des solutions populistes dans les démocraties, mais elles pourraient aussi secouer le pouvoir autoritaire de la Chine ou des puissances pétrolières du Moyen-Orient.

On peut balayer tout ça et, comme Donald Trump, se dire que la CIA n’est plus ce qu’elle était, qu’elle s’est spécialisée dans les fake news. Sauf qu’en 2009, dans le petit présent au débutant Barack Obama, il était écrit que la planète était sous la menace d’une épidémie virale venue d’Extrême-Orient!

 

Plus d'actualité