La Cancel Culture, ça va trop loin?

Né aux États-Unis il y a peu, ce mouvement sociétal qui consiste à expurger de la culture des personnes ou des œuvres jugées “offensantes” est en réalité bien plus ancien…

Blanche Neige

La permission de Blanche-Neige

La dernière polémique en matière de “cancel culture”, même si elle est largement montée de toutes pièces, est pourtant un exemple parfait pour illustrer ce qu’est ce mouvement. On ne pourrait plus montrer Blanche-Neige aux enfants parce que celle-ci n’aurait pas donné son consentement au baiser que le Prince lui donne et qui la fait revenir à la vie.

L’insistance de Pépé le Putois

Pepe le putois

Le sconse n’apparaîtra plus dans les nouveaux dessins animés produits par Hollywood. Le malheureux animal de fiction dont le passe-temps principal consiste à poursuivre la chatte Pénélope, rebutée par son odeur et ses avances, “normaliserait la culture du viol”.

L’oubli de J.K. Rowling

jk

Certaines personnes appellent au boycott de l’autrice de Harry Potter pour cause de “transphobie”. En cause? Un tweet dans lequel elle feignait d’avoir oublié un terme. “Des personnes qui ont leurs règles? Je suis certaine qu’il y a un mot pour ces personnes. Quelqu’un pour m’aider? Women?”

Autant en emporte le vent

Autant en emporte le vent

Dans la foulée du Black Lives Matter, la chaîne HBO a décidé de retirer provisoirement de son catalogue le film culte de Victor Fleming sorti en 1939, jugé raciste, pour y insérer un message de contextualisation. La “cancel culture” peut ainsi se décliner non pas en une ”annulation” mais en une “explication”.

Origine Chic

Chic

Le groupe de Nile Rodgers sort en 1983 You Love Is Cancelled dont le texte compare une rupture amoureuse à l’annulation d’une émission télé. Cette idée de “supprimer une personne d’un passé” passe dans l’anglais de la communauté américaine d’ascendance africaine.

Spinoza et coffee shop

Les archéologues le savent bien. Faire sauter au burin le nom des rois des monuments est une pratique immémoriale. Par contre, on associe historiquement le fait de bannir de l’espace public des personnes en activité au philosophe Spinoza. Celui-ci, en 1656, avait été banni de la communauté juive d’Amsterdam parce qu’il ne partageait plus ses croyances. Mais la Grèce antique pratiquait également “l’ostracisme”

De Churchill à Hitler

statue

La lecture de l’histoire selon le prisme de la sensibilité actuelle en pousse certains à vouloir faire disparaître de l’espace public les héros du passé jugés désormais offensants. Churchill en Grande-Bretagne, Léopold II chez nous ont vu leurs statues faire l’objet d’un projet de déboulonnage. Cette “cancel culture” fait écho à des précédents en la matière. Des Staline, Hitler, Saddam Hussein se sont fait déboulonner par milliers…

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité