Epreuves tests à Tokyo: les JO sans public se préparent

Le public japonais est majoritairement opposé à la tenue de ces Jeux, tandis que les organisateurs tentent de démontrer qu'ils peuvent avoir lieu "en toute sécurité" malgré la crise sanitaire.

Pour les sportifs, c'est

Des tests quotidiens aux tribunes vides en passant par d’innombrables contrôles, plusieurs épreuves préolympiques actuellement organisées à Tokyo malgré l’état d’urgence lié à la pandémie donnent un aperçu de ce à quoi pourraient ressembler les JO de cet été.

Ces épreuves tests ont lieu alors qu’une majorité du public japonais est toujours opposée à la tenue des JO (23 juillet-8 août) et que les organisateurs tentent de démontrer qu’ils peuvent organiser l’événement « en toute sécurité » malgré la crise sanitaire qui affecte également l’archipel nippon. 

(AFP)

(AFP)

Dimanche, plus de 400 athlètes –dont neuf venus de l’étranger– ont participé à une épreuve d’athlétisme, entourés de sièges vides au Stade olympique de Tokyo. 

« C’est bizarre de courir dans un stade sans supporters », a déclaré le sprinter américain Justin Gatlin après avoir remporté le 100 m, sur fond de faux bruits de foule diffusés par les haut-parleurs. 

Cette atmosphère pourrait être un avant-goût des Jeux de cet été, retardés d’un an par le coronavirus. Les spectateurs étrangers sont déjà interdits d’entrée au Japon et les organisateurs doivent décider en juin s’ils autorisent un public local et dans quelle limite.

Une centaine de personnes ont manifesté contre les JO à l’extérieur du stade dimanche. « Les nombres d’infections au Covid-19 sont élevés à Tokyo et à Osaka, avec de nombreux cas graves« , a déclaré un manifestant, Takashi Sakamoto. « Je voudrais que l’argent (des Jeux) soit plutôt utilisé dans les hôpitaux« , a-t-il dit à l’AFP.

Selon un sondage publié lundi par le quotidien Yomiuri, 59% des personnes interrogées souhaitent l’annulation des Jeux, 23% étant favorables à leur tenue sans spectateurs et 16% à leur tenue avec un public limité. Le sondage ne proposait pas l’option d’un nouveau report. 

Un autre sondage réalisé par la chaîne de télévision TBS a révélé que 37% des personnes interrogées étaient favorables à l’annulation, tandis que 28% souhaitaient un nouveau report des Jeux. 

« Plus qu’en sécurité » 

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga était sur la défensive lundi, affirmant devant le Parlement qu’il n’avait « jamais fait passer les Jeux olympiques en premier » et que sa priorité était « la vie et la santé du peuple japonais« . 

Une pétition en ligne demandant l’annulation des Jeux a recueilli plus de 315.000 signatures depuis mercredi dernier, mais les organisateurs des Jeux assurent que le méga-événement peut être organisé sans danger avec des règles strictes pour se protéger du virus. 

(AFP)

(AFP)

« Je me suis senti plus qu’en sécurité« , a déclaré Justin Gatlin. « J’ai été testé tous les jours, soit par la salive, soit par écouvillon nasal tous les matins. La bulle a été très efficace. La seule fois où j’ai vu l’extérieur, c’est lorsque nous montions dans le bus pour aller sur la piste« .
Les règles étaient tout aussi strictes lors de la Coupe du monde de plongeon le week-end précédent, qui a vu plus de 200 plongeurs de près de 50 pays faire des sauts périlleux en silence, sans spectateurs. 

« Nous avons beaucoup craché dans des tubes« , a déclaré le plongeur britannique Tom Daley. « Nous savions ce qui allait se passer en arrivant ici« .

Mais le directeur sportif allemand Lutz Buschkow a jugé que les restrictions pouvaient rendre quelque peu claustrophobe. « Le plus décevant est que nous ne pouvons pas respirer l’air frais. C’est un très gros fardeau pour les sportifs et les entraîneurs« .

Les organisateurs ont signalé deux cas de coronavirus pendant les épreuves: un entraîneur de plongée qui a été testé positif à son arrivée au Japon et a été mis en quarantaine, et un membre de l’encadrement d’une équipe d’aviron qui a été testé positif pendant la compétition. 

Mais aucun de ces cas n’a provoqué l’arrêt des épreuves, et aucun autre cas n’a été détecté dans l’immédiat. 

Plus d'actualité