Va-t-on pouvoir partir en vacances cet été ?

Si certaines destinations affichent « covid-safe » d’autres restent interdites aux Européens. Encore faudra-t-il pouvoir prendre des congés. Un été sous le signe de l’incertitude.

Vacances

Partir quand même, la chanson de Françoise Hardy, ne parle pas de valises bouclées mais des points de suspension d’une histoire d’amour. N’empêche, l’hésitation de son titre résume mieux notre situation que On ira tous à Torremolinos. En effet, si 73 % des ­Belges aspirent de toutes leurs forces à se reposer ailleurs, quasi personne n’a encore osé réserver.

Sortir de nos frontières reste déconseillé et les contraintes pour voyager sont lourdes. Certes, des pays gardent leurs territoires fermés aux Européens (USA, Canada, Finlande, Norvège, Australie, Irlande), mais d’un peu partout, on nous promet de beaux calendriers d’assouplissements. Tranquillisés par les progrès de la vaccination (vaccin indispensable pour entrer dans certains territoires et pour toutes les croisières), poussés par les impératifs économiques, la France, l’Espagne, le Portugal, la Croatie et les champions actuels “Covid safe” que sont la Grèce et Malte vont largement s’ouvrir aux touristes.

Les locations de maisons seront le tube de l’été, mais toutes les formules habituelles seront adaptées et accessibles. Mais pas à tous car, 85 ans après l’adoption des congés payés, les vacances 2021 seront plus inégales que jamais. Il faut s’en souvenir avant d’entonner Vacances, j’oublie tout, la question finale et le grand espoir de notre dossier.

Retrouvez notre dossier complet

« Grandes vacances : réserver maintenant »

 

Cover

 

Plus d'actualité