L’Euro de foot avec ou sans public ?

A un mois du début du tournoi, les doutes perdurent sur le nombre de spectateurs qui seront autorisés à assister aux rencontres dans les stades... et dans les bars.

Kevin De Bruyne nous mènera-t-il jusqu'en finale? - Belga

Au départ, il y avait la grande idée de Michel Platini, ancien numéro 10 des Bleus et patron déchu de l’UEFA (l’Union européenne du foot) : faire de l’Euro 2020 une vitrine de l’intégration européenne. Plutôt que de n’avoir qu’un pays hôte, l’Euro allait pousser le ballon aux quatre coins du continent.

Et puis, le Covid est passé par là. L’édition 2020 a dû être repoussée d’un an. Et les villes hôtes ne se sont pas poussées au portillon pour accueillir des dizaines de milliers de supporters l’été venu, alors qu’on en a toujours pas fini avec cette pandémie !

Pourtant, l’Euro aura bien lieu du 11 juin au 11 juillet. La dernière ligne droite de l’organisation du tournoi est lancée. Et les incertitudes demeurent. La principale étant : y aura-t-il du public dans les gradins des stades ?

Le double-jeu de l’UEFA

A cette question, l’UEFA a botté en touche… Tout en manoeuvrant en coulisses. En clair, elle a redonné le ballon chaud aux villes hôtes susceptibles de prendre la décision : public or not ? Pour celles-ci, un Euro sans public n’aurait aucun sens d’un point de vue financier (il est déjà question de 194 millions d’euros de manque à gagner pour toutes les villes par rapport à une édition « normale »). Mais d’un autre côté, il y a l’urgence sanitaire… Alors, que faire ?

L’UEFA, elle, tout en disant le contraire (« Nous ne prendrons certainement pas de risque. Toutes les décisions seront prises en consultation avec les autorités compétentes », a lancé son patron Aleksander Ceferin il y a quelques semaines), fait pression sur les villes pour qu’elles accueillent des supporters (un tournoi sans public n’est pas un tournoi majeur… Et les revenus des droits télé sont probablement insuffisants…). C’est ainsi qu’elle a retiré Bilbao et Dublin de la liste des villes hôtes car les mesures sanitaires des autorités de ces villes étaient trop strictes pour accueillir du monde.

Mais, en théorie du moins, ce sont les maires qui décideront. Munich est elle aussi dans la balance et son maire, Dieter Reiter, n’a pas de solution miracle à offrir: « Il y a une semaine, je ne pouvais pas dire s’il y aurait des spectateurs, ni combien. Je ne peux pas plus le dire aujourd’hui, donc il n’y a eu jusqu’à ce jour aucune promesse de quelque sorte pour garantir des spectateurs » comme l’UEFA l’avait laissé entendre…

Belga

Plus possible de se faire rembourser son ticket

Se dirige-t-on vers un Euro avec ou sans public ? Un peu des deux… On l’a compris, cela dépendra des villes… Et des pressions de l’UEFA. Pour l’instant, l’association cherche à garantir au minimum une jauge de 25% de la capacité des stades. Budapest a déjà assuré 100% de spectateurs dans le sien. Et les demi-finales et la finale, qui auront lieu à Londres en juillet, devraient également faire stade comble étant donné l’avancement de la vaccination en Angleterre et la forte demande des tickets pour ces matchs.

Mais il y a une autre question: les bars et cafés seront-ils autorisés à montrer les matchs et accueillir des supporters? Cela dépendra des prochains Codeco…

Dans tous les cas, si vous avez un ticket pour un match de l’Euro, il n’est plus possible de le faire rembourser, la date est passée. Si vous comptiez suivre les Diables Rouges, ce sera du côté de Copenhague et Saint-Pétersbourg. Les Diables, d’ailleurs, joueront deux fois à l’extérieur puisqu’ils affrontent le Danemark et la Russie chez eux.

Le programme

Les onze villes qui accueilleront les matchs sont, sauf défection de dernière minute : Londres, Rome, Glasgow, Munich, Bakou, Copenhague, Séville qui a remplacé Bilbao au pied levé, Saint-Pétersbourg qui récupère les matchs prévus à Dublin, Amsterdam, Budapest et Bucarest. Le coup d’envoi aura lieu le 11 juin à Rome à 21h avec Italie-Turquie. A noter aussi un très intéressant France-Allemagne comme premier match du groupe F le 15 juin.

Quant aux Diables, ils affronteront la Russie (le 12 juin à 21h), le Danemark (le 17 juin à 18h) et la Finlande (le 21 juin à 21h) avant, peut-être, si tout va bien, de retrouver la France en demi-finale pour la revanche de la Coupe du monde. 

Plus d'actualité