Philippe Close : « Je souhaite que demain on puisse organiser des grands événements pour que les gens fassent la fête »

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), était l'invité de Maxime Binet ce lundi matin sur DH radio dans son émission "Il faut qu'on parle".

Philippe Close @BelgaImage

Interrogé sur les débordements causés par La Boum 2 le samedi 1er mai, Philippe Close a avoué qu’il savait que l’événement du Bois le Cambre allait déraper mais que beaucoup d’autres événements contestataires avaient été organisés dans le calme. « C’est normal dans une démocratie de contester. Samedi, nous avions 10 manifestations revendicatives en même temps, que ce soit la culture, les sans -papiers, la gauche radicale, les syndicats… Avec qui nous avions négocié avant et ça s’est extrêmement bien passé avec des mouvements très forts de gens qui ne sont pas contents. Pour la Boum, le Premier ministre, la ministre de l’Intérieur, le parquet de Bruxelles et moi-même avions communiqué sur le sujet. On savait qu’il allait y avoir des incidents et ce qui nous a particulièrement aidés, c’est qu’une masse de gens ne s’est pas rendue au Bois de la Cambre. »

Selon le bourgmestre de la ville de Bruxelles, le profil des manifestants a totalement changé. « Entre la Boum 1 qui était un mouvement spontané mais très complexe à gérer d’une certaine jeunesse bruxelloise et ici samedi où nous avions plutôt une espèce d’agglomérat de complotistes, certains milieux d’extrême droite, quelques fêtards et dans l’ensemble une population beaucoup plus âgée, il y a clairement deux populations très différentes entre les deux événements.« 

En ce qui concerne les attaques du MR ce lundi qui reproche à Philippe Close de ne pas avoir fermé totalement le Bois de la Cambre avant l’événement, ce dernier explique le pourquoi en deux raisons. « Il n’est pas question que des événements non-autorisés prennent en otage des lieux publics. C’est ma philosophie. On ne va pas empêcher des personnes à se rendre au Bois de la Cambre qui est le poumon bruxellois car des gens veulent envahir l’endroit. C’est un endroit où, d’habitude, il y a plus de monde là le week-end que lors de La Boum 2. La seconde raison est que, fermer complètement le bois aux piétons est extrêmement complexe. Il faut savoir que le tour du Bois de la Cambre fait cinq kilomètres. Vous imaginez les milliers de policiers qu’il faudrait appeler juste pour le fermer? C’est des policiers que vous ne saurez pas utiliser pour le maintien de l’ordre public.« 

Faut-il s’attendre à voir arriver des événements comme La Boum 3 d’ici quelques jours ? L’homme fort de la capitale est clair : il veut au plus vite retrouver des scènes de fêtes dans sa ville. « Moi, ce que je souhaite, c’est que demain on puisse organiser des grands événements pour qu’on puisse faire la fête et c’est vers ça qu’on va. On est en train d’y arriver tout doucement avec la vaccination qui avance. Après, je ne pourrai jamais contrôler plusieurs extrêmes même si je le redis, il est normal dans une démocratie de contester.« 

Plus d'actualité