Rougeole, polio… Quand le Covid perturbe les autres campagnes de vaccination

À cause de la pandémie, les campagnes de vaccination de routine sont à l’arrêt dans de nombreux pays, alerte l’OMS. La santé de centaines de millions d’enfants est menacée, notamment en Afrique.

©BELGAIMAGE-67203023

Rougeole, polio, fièvre jaune, variole… En Belgique comme dans le reste du monde, ces maladies ont pu être contenues, voire éradiquées, grâce aux vaccins. Mais en raison du Covid-19, « soixante campagnes de vaccination de masse sont actuellement suspendues dans 50 pays, ce qui expose environ 228 millions de personnes, principalement des enfants, à des maladies telles que la rougeole, la fièvre jaune et la poliomyélite », indique dans une enquête l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Plus de la moitié des pays touchés se trouvent en Afrique. « Des millions d’enfants partout dans le monde risquent de ne pas recevoir les vaccins de base car la pandémie actuelle menace de réduire à néant deux décennies de progrès en matière de vaccination de routine », a prévenu le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin (un partenariat public-privé qui contribue à la vaccination partout sur la planète).

Tout pour le Covid

La cause des retards dans les campagnes de vaccination dites « de routine » ? La surcharge des services de santé par les patients « Covid », et l’interruption de ces services pour cause de restrictions sanitaires. La fabrication des vaccins contre le coronavirus joue également un rôle, en freinant la mise sur le marché et la diffusion des autres vaccins. L’Unicef n’a ainsi pu livrer que 2 milliards de doses de vaccins dans le monde en 2020, contre 2,29 milliards en 2019.

Sur France Inter, Kate O’Brien, la responsable des programmes de vaccination à l’OMS, a évoqué le risque de pénurie et a appelé à l’anticiper : « Quasiment tous les producteurs de vaccins de routine sont impliqués d’une manière ou d’une autre dans la fabrication de vaccins Covid. Au moment où ces producteurs sont soumis à une forte pression, il faut absolument nous assurer que nous ne nous retrouvions pas dans une situation où il y aurait un problème d’approvisionnement en matière première pour la fabrication de tous les autres vaccins ».

Ne pas laisser la rougeole progresser

L’OMS s’est montrée particulièrement inquiète concernant la rougeole. 23 campagnes de vaccination contre cette maladie très contagieuse- et mortelle- ont été suspendues depuis le début de la pandémie. Des pics de rougeole ont été signalés au Pakistan, au Congo ou au Yémen. Près de 140 millions de personnes ont été privées de protection contre cette maladie.

Plus d’une dizaine de pays africains, comme l’Angola, le Kenya ou l’Afrique du Sud n’ont pas repris les opérations de vaccination. Ce qui fait redouter de nouvelles épidémies : l’OMS estime que 90% à 95% d’une population donnée doit être vaccinée contre la rougeole pour être parfaitement protégée. En 2018, 140.000 personnes étaient mortes de cette maladie dans le monde.

Plus d'actualité