La patronne de Solvay a gagné 108 fois plus que son employé belge le moins bien payé

Les dirigeants des grosses entreprises cotées à la Bourse de Bruxelles ont reçu en 2020, en moyenne, une fiche de paie identique à celle de 2019. Focus sur le salaire des grands patrons.

Billets @Unsplash

0,2 %

Au sein de l’indice Bel 20 qui réunit les 20 sociétés à plus forte capitalisation boursière du pays, un CEO a touché en moyenne, l’an passé, 2,64 millions d’euros, soit à peine 0,2 % de moins qu’en 2019.

108

La patronne de Solvay a gagné 108 fois plus que son employé belge le moins bien payé. Au sein de l’entreprise biopharmaceutique UCB, le différentiel grimpe à 126.

7,14

Le dirigeant du groupe Argenx occupe la première place du podium, comme l’année précédente. Sa fiche de paie affiche 7,14 millions d’euros, soit 16 % en plus que 12 mois plus tôt.

11/20

Au sein des 20 sociétés les plus cotées à Bruxelles, 11 patrons (55 %) ont gagné plus en 2020 qu’en 2019. La palme de la plus forte hausse revient au patron de la Sofina avec… 96 % en plus.

15 %

Certains patrons ont pris l’initiative de reverser une partie de leur rémunération pour lutter contre le coronavirus. La CEO de Solvay a ainsi renoncé à 15 % de son salaire de base.

Le point final

Le P.-D.G. d’Alphabet, la maison mère de l’entreprise Google, a gagné, en 2020, 281 millions de dollars. Soit plus de 1.085 fois le salaire médian d’un de ses employés. Avec un différentiel de 1.675, le chiffre donne encore plus le tournis chez Starbucks. Les mastodontes américains feraient presque ainsi passer le patronat belge pour une amicale égalitariste. La différence de taille entre les entreprises rend toutefois la comparaison peu pertinente. À l’échelle de leur pays, les salaires des CEO ne connaissent pas la crise. Même constat en France où certains dirigeants ont cependant renoncé l’an dernier à une partie de leur bonus. À noter que les écarts de rémunération existent aussi entre secteurs privé et public. Chez Infrabel, un des plus gros employeurs du pays, un CEO voit ainsi son traitement plafonné à 290.000 euros bruts par an.

 

Plus d'actualité