La culture s’autodéconfine

Plusieurs lieux culturels vont braver l'interdiction et rouvrir leurs portes du 30 avril au 8 mai, après plus de six mois de fermeture forcée.

Une cinquième action pour le mouvement citoyen Still Standing For Culture. - BELGA

Trop, c’est trop. La culture a une fois de plus été oubliée mercredi dernier par le Comité de concertation, celui-ci s’étant limité à autoriser des – petits – événements en extérieur. La patate chaude, à savoir l’ouverture en intérieur, est renvoyée à la prochaine réunion du 23 avril. Pourtant, le secteur aux abois attendait du concret et du rentable, après six mois à l’arrêt pour certains lieux, neuf mois pour d’autres, comme les cinémas et théâtres, voire même un an pour les salles de concert.

« Le déconfinement du 26 avril était l’occasion de répartir enfin les efforts solidairement sur l’ensemble de la société. Occasion ratée, une nouvelle fois », dénonce le mouvement citoyen #StillStandingForCulture. « Pourtant, la situation sanitaire n’explique pas pourquoi le sort des lieux culturels a été systématiquement éludé pendant des mois, ni pourquoi de nouvelles conditions sortent du chapeau gouvernemental lorsque leur réouverture est enfin abordée. »

« Le gouvernement a trop tiré sur la corde »

À partir du 26 avril, des expériences-tests auront lieu dans différents secteurs économiques, dont la culture, en vue d’étudier les modalités pratiques et scientifiques de leur reprise. Une bonne nouvelle qui laisse néanmoins un goût amer puisque les professionnels du secteur culturel réclament ce type de tests depuis plusieurs mois. « Pourquoi ne pas les avoir menées au début de la deuxième vague en novembre dernier ? Les expériences (très encourageantes) menées dans plusieurs autres pays européens ne suffisaient-elles pas ? » interrogent-ils dans leur communiqué. Le bout du tunnel s’éloigne encore un peu plus pour eux, pas avant juin, dans le meilleur des cas…  

Action de Still Standing For Culture à Louvain-la-Neuve

Désemparé, le monde de la culture a décidé de reprendre son destin en main. Entre le vendredi 30 avril et le samedi 8 mai, de nombreux centres culturels, cinémas, théâtres et lieux associatifs vont « braver l’interdiction d’un gouvernement qui a beaucoup trop tiré sur la corde de l’arbitraire », en proposant chaque jour de multiples activités, dans le respect du protocole sanitaire. « La mobilisation sera particulièrement vive le samedi 1er mai, fête des travailleurs·euses et synonyme de conquêtes sociales », précisent-ils.  

Le mouvement #StillStandingForCulture, qui s’apprête à lancer sa cinquième action depuis le début de cette crise, juge « plus que jamais urgent de sortir de la concurrence entre secteurs et de reconstruire le tissu social ». « Face à la précarité grandissante des travailleurs.euses de la culture et aux conséquences que cette crise va faire peser durablement sur notre secteur, la réouverture des lieux culturels n’est qu’un tout petit pas vers un avenir moins sombre. Mais un pas que nous devons franchir sans plus attendre. »

Bezet La Monnaie Occupée

Cette reprise culturelle s’inscrit dans le sillage des actions menées ces dernières semaines, comme l’occupation des théâtres ou l’ouverture du KVS, soutenue par la Ville de Bruxelles, à partir du 26 avril prochain.

Quant au collectif « Bezet La Monnaie Occupée », qui a investi depuis plus de deux semaines l’intérieur du Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles, il devait quitter les lieux ce dimanche 17h, mais il garde ses tribunes quotidiennes pour interpeller le gouvernement au sujet des mesures covid. Le collectif aurait également obtenu une rencontre avec les ministres fédéraux pour faire valoir les revendications de tout le secteur. Celle-ci devrait avoir lieu avant le prochain comité de concertation.

Le Théâtre de la Monnaie occupé

Sur le même sujet
Plus d'actualité