Canal de Suez débloqué, mais une facture salée

Coincé dans le canal de Suez, l'Ever Given a été remis à flots. Mais après une semaine d'interruption, l'impact de cet accident est considérable.

L'Ever Given: 220.000 tonnes, 400 mètres de long et 50 de large. - AFP

Soulagement en Egypte. Le porte-conteneurs géant qui obstruait le canal de Suez depuis près d’une semaine a enfin été remis à flots ce lundi. « L’amiral Osama Rabie, président de l’Autorité du canal, a proclamé la reprise du trafic de navigation » , a annoncé en milieu d’après-midi la SCA dans un communiqué, après une opération de dégagement difficile, qui avait mobilisé une douzaine de remorqueurs, minuscules à côté du mastodonte Ever Given.

La sortie de crise se rapproche pour les centaines de bateaux coincés aux extrémités et au milieu de cette artère maritime hautement stratégique. Reliant la mer Rouge à la mer Méditerranée, celle-ci concentre 10% du trafic mondial. L’essentiel du trafic de marchandises entre l’Asie et l’Europe emprunte cette voie qui, selon l’agence Bloomberg, accueille chaque jour 50 navires de toutes sortes, pour une valeur cumulée de près de 10 milliards de dollars. C’est dire si cet arrêt entraîne d’importants retards et coûts.

Pétrole et bétail

Échoué dans le canal depuis le 23 mars suite à une tempête de sable et d’éventuelles erreurs humaines, le cargo géant de 400m de long transporte à lui seul 20.000 conteneurs. Mais c’est l’embouteillage qu’il a provoqué dans son accident qui inquiète. Au total, quelque 425 navires sont impliqués dans ce bouchon du siècle.

Parmi eux, une centaine contiennent du pétrole ou des produits pétroliers, obligeant la Syrie à rationner les carburants. Depuis le début de l’incident, les cours de l’or noir ont par ailleurs connu de brusques hausses.

Ever Given bloquant le canal de Suez

Au moins vingt autres navires transportent du bétail, dont onze partis de Roumanie avec à leurs bords 130.000 moutons. Ce qui inquiète les associations quant au bien-être animal, indique The Guardian. « Ma plus grande crainte est que les animaux manquent de nourriture et d’eau et qu’ils restent coincés sur les navires parce qu’ils ne peuvent pas être déchargés ailleurs pour des raisons de paperasse », a déclaré au quotidien britannique Gerit Weidinger, coordinatrice de l’Union européenne pour l’ONG Animals International. « Avoir tous ces animaux coincés à bord signifie qu’il y a des risques de famine, déshydratation et de blessures », poursuit-elle, soulignant que les équipages « ne pourront pas se débarrasser des cadavres d’animaux » en étant dans le canal. « C’est une bombe à retardement biologique pour les animaux, les équipages et toutes les autres personnes impliquées. »

Des marchandises en tout genre

Sont aussi coincés des meubles Ikea, du thé du négociant Van Rees Group, des lames de parquet et d’autres marchandises en tout genre, dans un contexte où l’ensemble de la chaîne logistique est déjà très tendu par la crise sanitaire et économique.

Le retard impliqué par le blocage a conduit plusieurs géants du transport maritime, comme Maersk et Hapag-Lloyd, à dérouter ses navires pour passer par le cap de Bonne-Espérance. Soit un détour de 9.000 kilomètres, qui rallongerait de dix jours les délais de livraison.

Rattraper le retard

La valeur totale des biens bloqués ou empruntant une autre route diffère selon les estimations, oscillant entre 3 et 9,6 milliards de dollars. Par ailleurs, le blocage va peser sur l’économie égyptienne: le canal de Suez a rapporté au pays plus de 5 milliards de dollars en 2020.

Et la catastrophe n’est pas tout à fait finie. Selon l’Autorité du canal, il faudra « trois jours et demi environ » pour que les navires en attente « traversent le canal » une fois la situation revenue à la normale. « Le canal va fonctionner vingt-quatre heures sur vingt-quatre, immédiatement après le renflouement du navire », a indiqué l’amiral Osama Rabie sur une chaîne locale de télévision.

Plus d'actualité