Légers assouplissements en mars, avant un déconfinement plus important pour avril et mai

Le comité de concertation s’est réuni ce vendredi après-midi. La bulle sociale en extérieur passera de 4 à 10 personnes dès le lundi 8 mars. En avril, les activités culturelles et associatives pourront également reprendre à l’extérieur. En mai, le déconfinement devrait être plus massif. Moyennant un niveau de vaccination « suffisant », l’horeca, la culture, l’événementiel pourront rouvrir.

©BELGAIMAGE-173568820

Vendredi dernier, c’était la « douche froide ». Alors que toute la semaine, les appels à un assouplissement des mesures sanitaires s’étaient succédés, le Comité de concertation (Codeco), avait décidé de ne pas lâcher la bride. Les chiffres de l’épidémie (et notamment un pic de 204 hospitalisations observé le vendredi) faisaient craindre un rebond ; voilà qu’on reparlait d’une potentielle troisième vague. Le Codeco se laissait donc un peu de marge avant de réévaluer la situation.

Sept jours plus tard, nous y revoilà. Entre-temps, la température de la douche s’est quelque peu réchauffée. Pas de beaucoup, ça doit se jouer à 1 ou deux degrés. Le déconfinement attendu reste encore extrêmement timide. Mais contrairement à la semaine passée, des perspectives à plus ou moins court terme ont été données par le fédéral et les entités fédérées. Et des changements, annoncés. Voici le détail des annonces du Comité de concertation :

Le premier changement concerne la bulle sociale, en extérieur. Lundi 8 mars, on passera de 4 à 10 personnes pour les rassemblements à l’extérieur autorisés. 10 personnes, mais moyennant le respect des distances sociales et le port du masque, qui restent obligatoires. Pas question donc, de multiplier les câlins, même à l’air libre. À l’intérieur, la bulle sociale reste bloquée à 1 contact rapproché.

Concernant les funérailles : à partir du 8 mars également, 50 personnes pourront assister aux funérailles. Les activités scolaires extra-muros, telles que des excursions ou des journées sportives d’une journée pourront être organisées à partir du 15 mars.

Dans l’enseignement : à partir du 15 mars, il y aura 20% de présentiel dans l’enseignement supérieur, et 100% de présentiel pour « les groupes plus vulnérables », en enseignement spécial et enseignement professionnel à temps partiel. Le présentiel sera à 100% la règle dans le primaire et secondaire après les vacances de Pâques.

Priorité au plein air

Le Comité de concertation a semble-t-il fini par entendre en partie l’appel des secteurs de la culture ou de l’horeca, qui à défaut d’un déconfinement immédiat, demandaient au moins des perspectives à moyen terme et une ébauche de calendrier. Aux mois d’avril et de mai (on vous le concède, cela reste encore bien lointain et bien vague), cela devrait à nouveau être le mot à la mode : déconfinement.

À partir du mois d’avril, « nous espérons entrer dans une deuxième phase » a expliqué le Premier ministre Alexander De Croo. C’est la phase « pleine air » : feu vert sera donné aux entraînements sportifs non professionnels, aux camps de jeunes, aux activités sportives, à la culture. Mais toujours avec le port du masque, et en extérieur.

Autre annonce importante, dans la perspective des vacances de Pâques : les voyages non essentiels restent interdits jusqu’au 18 avril. Une première évaluation pour une levée de cette interdiction aura lieu lors du prochain Comité de concertation du 26 mars. « Nous estimons que c’est une mesure nécessaire pour atténuer la propagation du virus », a justifié le Premier ministre.

À partir du mois de mai : c’est la troisième phase, et moyennant l’utilisation « massive » de tests rapides et d’auto-tests, la réouverture de l’horeca (1er mai), du shopping, de la culture et événements, des salles de fitness, des services de culte, de l’animation pour jeunes et l’associatif pourra avoir lieu.

Alexander De Croo a toutefois rappelé que ce calendrier était évolutif, et dépendait des courbes épidémiologiques et des progrès de la campagne de la vaccination.

Plus d'actualité