Meghan et Harry ont perdu leurs derniers titres officiels et les obligations liées au sang royal

Le Megxit est consommé. Meghan et Harry sont désormais des gens comme tout le monde. Ou presque. Mais au fond, qu'est-ce que cela implique d'être membre d'une maison royale et qu’en pense la famille de Belgique ?

Belga

Cette fois, le divorce entamé il y a un an entre le couple princier et la famille royale britannique est officiel et définitif. Si Harry et Meghan restent duc et duchesse de Sussex, ils ont perdu leurs derniers titres officiels après avoir confirmé leur mise en retrait de la famille royale britannique.

« Le duc et la duchesse de Sussex ont confirmé à sa majesté la reine qu’ils ne redeviendront pas membres actifs de la famille royale », indique un communiqué du Palais. « À la suite de conversations avec le duc, la reine a écrit pour confirmer qu’en renonçant au travail lié à l’appartenance à la famille royale, il n’est pas possible de continuer à exercer les responsabilités et devoirs inhérents à une vie au service du public », est-il ajouté. Les titres seront donc rendus et répartis entre les autres membres de la famille. « Bien que tous soient attristés par leur décision, le duc et la duchesse restent des membres très aimés de la famille », a souligné le Palais.

Concrètement ?

Concrètement, Harry, 36 ans et sixième dans la succession au trône, perdra ainsi ses titres militaires durement gagnés après avoir servi en Afghanistan dans les Royal Marines, ainsi que sa fonction représentative pour la fédération de rugby. Quant à Meghan, elle perdra ses patronages caritatifs dont celui du National Theatre de Londres. Ils perdent aussi (ce qui était déjà le cas depuis un an) leur dotation royale. Elle ne représentait, par ailleurs, que 5% de leurs revenus.

En « échange », Ils seront exemptés de toutes les obligations liées à la fonction de la famille royale. A savoir, des obligations de représentation et d’activités d’intérêt général : assister à ceci, être présent par-là, visiter tel endroit et aider les plus démunis via des fondations… Harry et Meghan ont néanmoins assuré qu’ils allaient continuer d’œuvrer pour les causes humanitaires via la fondation Archwell, qui ne sera cependant pas dotée d’argent public.

Quelque part, Harry suit la route tracée par sa mère la princesse Diana quand elle a quitté la famille royale pour devenir ambassadrice de l’ONU. Le couple a désormais l’autorisation de travailler comme n’importe qui. Enfin, presque… En guise de boulot, Harry et Meghan ont signé à un contrat de 100 millions de dollars avec Netflix pour une série de documentaires sur leur vie de souverains devant faire face à la pression médiatique…

Et en Belgique ?

Il y a un an, le couple princier avait reçu le soutien indéfectible du Prince Laurent, lequel avait lancé au Telegraph : « La décision du Prince Harry prouve une chose sur le fait d’appartenir à la famille royale. Vous êtes un objet. C’est inacceptable. Personne ne doit être la propriété de sa famille ou d’un gouvernement. Ou alors, vous devez être indemnisé pour ça ». Ce qu’il est. La dotation du prince est d’environ 307.000 euros par an. Les dotations sont composées d’une partie correspondant à une rémunération et soumise à l’impôt, d’une part, et d’une partie couvrant les frais de personnel et de fonctionnement d’autre part. Il ne resterait « que » 4.000 euros net au prince pour vivre dans les faits, tout en l’empêchant de dégoter un autre travail.

Ses enfants, comme ceux de la princesse Astrid, ne pourront bénéficier de dotation. Mais pas de panique ! Il est prévu que les membres de la famille royale qui ne perçoivent aucune dotation peuvent, par arrêté royal délibéré en Conseil des ministres, se voir allouer une indemnité destinée à l’exercice de prestations d’intérêt général.

En clair, jusqu’à présent, aucun membre de la famille royale belge ne s’est volontairement retiré de la vie familiale royale et des avantages qu’elle octroie… Après l’abdication de Léopold III, celui-ci a continué à vivre à Laeken pour conseiller son fils, le jeune roi Baudouin, jusqu’en 1959. Après quoi, il a voyagé à travers le monde dans des buts de recherche scientifique et d’exploration au nom de ses fondations. Il est resté jusqu’à sa mort Sa Majesté le roi Léopold de Belgique. Quant à Sa Majesté le roi Albert II de Belgique, il a comme son fils jugé le montant de sa dotation fort peu royal…

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité