Bezos, dernier magnat en date à vouloir vivre ses passions

Jeff Bezos va céder les commandes d'Amazon pour se concentrer sur ses activités philanthropiques, comme de nombreux milliardaires avant lui.

Jeff Bezos. - AFP

Bill Gates, cofondateur de Microsoft, a entrepris de guérir le monde. Ted Turner a piloté des yachts. Donald Trump est entré en politique. Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, veut, désormais, construire des fusées et sauver la planète.

À 57 ans, l’homme le plus riche du monde emboîte le pas à de nombreux dirigeants qui dont décidé de céder – temporairement ou définitivement – les fonctions exécutives d’une entreprise qui les a rendus riches pour se consacrer à d’autres activités. Jeff Bezos a ainsi annoncé mardi qu’il céderait cette année son poste de directeur général d’Amazon.

Il restera certes président du conseil d’administration de cette entreprise qu’il a fondée il y a 27 ans, mais il veut consacrer plus de temps à ses autres passions. À la tête d’une fortune estimée à 197 milliards par le magazine Forbes, M. Bezos est aussi propriétaire du quotidien Washington Post, de la société spatiale Blue Origin et du Bezos Earth Fund, un fonds consacré à la planète.

Sport et politique

Avant lui, Bill Gates, 65 ans, et Paul Allen, décédé d’un cancer en 2018 à l’âge de 65 ans, avaient fondé Microsoft en 1975, un groupe qui allait devenir le leader mondial des logiciels informatiques. En 2000, M. Gates démissionne de son poste de PDG et lance avec sa femme la Fondation Bill & Melinda Gates, avec la volonté d’améliorer la santé des populations dans le monde.

Paul Allen, dont la fortune était estimée à 20 milliards de dollars par Forbes à sa mort, avait quitté Microsoft dès 1983 lors de son premier combat contre le cancer tout en restant au conseil d’administration jusqu’en 2000. Sa passion était le sport. Alors il fit l’acquisition d’équipes nationales de basket, les Portland Trail Blazers, et de football américain, les Seattle Seahawks. Parallèlement, il a fait don de milliards de dollars notamment pour la recherche médicale.

De son côté, Ted Turner, 82 ans, a transformé la société de publicité de son père en une entreprise valant plusieurs milliards de dollars, lançant Cable News Network – la fameuse chaîne CNN – et achetant lui aussi des équipes sportives, Atlanta Braves (baseball) et les Atlanta Hawks (basket). Mais sa vraie passion était la mer. A la tête du voilier « Courageous », il remporte même la Coupe de l’America en 1977 contre le Challenger australien.

Un certain nombre de dirigeants ont voulu mettre de côté les affaires pour entrer en politique, l’exemple le plus récent étant celui de l’ancien président américain Donald Trump, un magnat de l’immobilier qui s’était présenté avec succès à la Maison Blanche en 2016.

Michael Bloomberg, fondateur de la société d’information financière éponyme, a tenté une incursion dans la présidentielle de 2020, sans succès. Elu maire de New York en 2001, M. Bloomberg, 78 ans, a été réélu maire de la Grosse Pomme en 2005 et en 2009.

Vers l’infini et au-delà

Pour Jeff Bezos comme pour d’autres, les yeux sont rivés bien au-delà de la planète bleue. Son entreprise Blue Origin a pour ambition de construire un vaisseau et un atterrisseur lunaire capables d’assurer des livraisons de fret et des modules d’habitat sur la Lune.

Richard Branson, 70 ans, fondateur du groupe Virgin, possède également une société de vols spatiaux, Virgin Galactic. Son ambition: rendre le tourisme spatial abordable.

Mais c’est Elon Musk, un autre milliardaire, qui fait la course en tête dans le domaine spatial. Deuxième homme le plus riche du monde (derrière Jeff Bezos, selon Forbes), M. Musk, né en Afrique du Sud, est aujourd’hui connu pour ses voitures électriques Tesla. C’est en vendant PayPal à eBay en 2002 qu’il avait fait fortune et pu lancer sa société de véhicules de luxe électriques ainsi que la société d’énergie solaire SolarCity.

La même année, il crée aussi SpaceX, devenue depuis la première société de lancement de fusées privées au monde, envoyant des satellites commerciaux dans l’espace et livrant des marchandises à la Station spatiale internationale. SpaceX a aussi été la première entreprise privée à lancer des hommes dans l’espace l’année dernière lorsqu’elle a envoyé des astronautes dans la station spatiale internationale.

Elon Musk entend également arriver à une « symbiose » entre les humains et l’intelligence artificielle avec sa start-up Neuralink, spécialisée dans les implants pour le cerveau.

Plus d'actualité