Louvain-la-Neuve est sortie de terre il y a cinquante ans

La première pierre de la « ville nouvelle » a été posée le 2 février 1971. Cinquante ans plus tard, la ville universitaire est devenue une ville à part entière.

Belga

C’est la ville la plus jeune de Belgique. Avant elle, il faut remonter à… 1666 et la fondation de Charleroi comme forteresse espagnole ! Pourtant, Louvain-la-Neuve est née d’une scission. Celle de l’université de Louvain qui fait écho aux velléités nationalistes flamandes. La frontière linguistique a été figée en 1962, alors, pourquoi l’université de Louvain, ce joyau historique et culturel né en 1425, est-elle encore remplie de francophones ? Tel est le postulat derrière le « Walen buiten » de 1967-68.

Dans le même temps, la demande en savoir augmente. Les inscriptions dans les universités se multiplient et il manque de place. L’université de Louvain, une des plus vieilles d’Europe, est dédoublée : il y aura désormais la KUL flamande et l’UCL francophone. Mais où installer cette nouvelle université francophone ?

C’est la commune d’Ottignies est choisie. Avec ses 4.800 habitants sur la ligne ferroviaire qui traverse le pays du nord au sud, à une trentaine kilomètres de Bruxelles, Ottignies laisse surtout la place aux champs de betteraves et aux marécages. 860 ha de terres agricoles et quelques fermes (dont la ferme du Biéreau) seront sacrifiés pour faire place, non pas à un campus, mais à une véritable « ville universitaire » avec ses logements, ses immeubles administratifs, ses commerces, ses centres sportifs et culturels, sa gare… Une utopie ? Nous sommes dans les trente glorieuses, le temps des utopies !

Belga

Urbanisme moderne pour une ville piétonne

Pour cette ville nouvelle « faite pour la joie de l’Homme » et voulue pour 50.000 habitants dont 20.000 étudiants, l’architecture sera résolument moderne. On est loin des anciennes villes-forteresses qui se sont étendues avec l’avènement industriel. D’ailleurs, Louvain-la-Neuve sera une ville piétonne qu’on traverse en une dizaine de minutes à peine, avec ses commerces, son folklore estudiantin (les 24 heures Vélo dès 1976) et sa gare.

Dans les années 80, l’argent vient à manquer, comme le nombre de kots étudiants. Pourtant, tout y est : campus, restos, café, église, théâtre, lac et centre sportif… Ne manque juste qu’un… cimetière. Ville nouvelle ! Dans les années 90, celle-ci s’étend avec les quartiers des Bruyères qui accueillent des ménages et seniors qui n’ont pas de lien avec l’université, mais qui viennent profiter de ses facilités. La ville universitaire devient ville bourgeoise, très classe moyenne supérieure, agréable à vivre.

Belga

Pôle attractif, ville de voitures

Dans les années 2000 viennent s’ajouter un cinéma, une salle de spectacle (l’Aula Magna), un centre commercial (L’Esplanade). Le Musée Hergé vient s’y implanter ainsi qu’un parc scientifique qui mêle recherches, start-ups, haute technologie et business center. Sa démographie reste autour de 20.000 habitants dont 10.000 résidents et 10.000 étudiants. Mais les allers-retours sont fréquents, notamment en raison du parc scientifique. La population diurne monte à 45.000 personnes. Louvain-la-Neuve est devenu le pôle d’activité de la province du Brabant wallon. Et commence à être confrontée aux problèmes liés aux « vraies » villes.

Construite autour du noeud d’autoroutes N25, E411, N4, LLN est devenue la ville de la voiture, des embouteillages sur les nationales pour y arriver à l’entrée des nombreux parkings souterrains. Ironie du sort, plus elle s’étend, plus elle est mal desservie. Sauf en voiture… Ainsi, pour rejoindre Bruxelles, à 30 kilomètres de là, il faut prendre trois trains. Les nouvelles constructions sont éloignées de la gare. Finie, l’utopie d’une ville piétonnière où il fait bon flâner ?

Les défis liés à la mobilité ne manquent pas. C’est ainsi qu’on attend avec impatience l’arrivée du RER (pour quand ?). Il est aussi question d’un quartier écodurable pour revenir aux fondamentaux et à une utilisation de la ville plus… moderne. Louvain-la-Neuve a cinquante ans, mais elle n’en est qu’au début de son développement.

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité