La Belgique perd une de ses 6 trappistes authentiques

La Achel continuera d’être produite, mais ne bénéficiera plus du fameux label, puisqu’elle ne remplit plus les conditions adéquates. Il ne restera que 5 brasseries d'abbayes trappistes « authentiques » dans le pays.

L'Achel perdra donc l'hexagone brun de son étiquette. (Crédit: Belga)

Fleuron du patrimoine gustatif de notre pays, les brasseries belges sont nombreuses et proposent une myriade de types de bières différentes, de la classique pils aux plus fruitées, en passant par les gueuzes, les blanches, les triples… Pour certains amateurs, une catégorie se distingue des autres, par ses goûts atypiques et surtout son héritage : les trappistes. 

Attention, n’est pas trappiste toute bière qui le prétend. Il s’agit d’une appellation protégée par l’Association Internationale Trappiste, qui rassemble une vingtaine d’abbayes dans le monde. 

On reconnait les véritables trappistes à leur logo brun et hexagonal marqué « Authentic Trappist Product », qu’on peut retrouver aussi sur d’autres productions de moines trappistes, comme du fromage par exemple.

Pour l’instant, la Belgique compte 6 bières trappistes, mais c’est bientôt fini. En effet, l’abbaye d’Achel va perdre son label d’authenticité. C’est une décision de Westmalle, abbaye mère d’Achel, qui produit également des trappistes. 

La raison : plus aucun moine ne réside à Achel. Les deux derniers sont trop âgés et ont dû rejoindre Westmalle. Or, c’est un des trois critères nécessaires à l’obtention de la fameuse étiquette : il faut que le produit soit conçu sur le lieu de vie des moines. 

« Si on veut respecter le logo et rester cohérent, il fallait y renoncer », a expliqué Philippe Van Assche, directeur général de la brasserie de Westmalle au Soir. Pas d’inquiétudes pour ceux qui aiment boire un verre d’Achel à l’apéritif, la bière va continuer d’être brassée dans l’abbaye, comme avant. Mais le petit hexagone brun aura disparu de l’étiquette…

11 marques de trappistes

Si les bières d’abbaye sont nombreuses en Belgique, l’A.I.T. n’attribue leur appellation d’authenticité que si trois critères sont rigoureusement respectés : le produit doit être fabriqué sous la supervision des moines (1), dans l’abbaye où ils vivent (2) et une partie de recettes doit revenir à des œuvres caritatives (3).

En Belgique, il restera donc 5 abbayes qui produisent des trappistes : à Westmalle, mais aussi à Chimay, Rochefort, Orval et Westvleteren. Jusqu’en 2012, il y en avait 7, avec Achel et l’abbaye Notre-Dame de Koningshoeven, aux Pays-Bas, qui brasse la Trappe. Mais depuis, plusieurs abbayes à travers le monde ont fait reconnaitre leurs bières comme d’authentiques trappistes par l’Association. La bière trappiste n’est plus une spécialité de nos régions…

(Crédit: Reuters)

Hors du Benelux, la première abbaye à obtenir le label pour ses productions est autrichienne en octobre 2012. 5 bières composent la gamme de l’abbaye d’Engelszell, dans le nord-est de la Haute-Autriche. En 2013, pour la première fois, une bière brassée hors d’Europe a pu apposer le fameux logo sur son étiquette : la Spencer Ale de l’Abbaye Saint-Joseph, située dans la ville de Spencer, Massachussetts, aux Etats-Unis.  Ces deux abbayes proposent des gammes de bières bien plus variées que les Belges, puisqu’on y retrouve pils, blanches, IPA, bières de Noël ou encore stouts.

Depuis lors, trois autres brasseries d’abbayes ont été reconnues par l’A.I.T. : l’abbaye Notre-Dame-du-Refuge de Zundert, aux Pays-Bas, près de la frontière, l’abbaye du Mont Saint-Bernard, en Angleterre, et l’abbaye de Tre Fontane, en Italie, dont la bière est plutôt difficile à goûter puisqu’elle est produite en très petite quantité, 1000 hectolitres par an, 4 fois moins que la Westvleteren…

(Crédit: AFP/Belga)

D’ici peu, il restera donc 11 « marques » de bière de trappistes authentiques dans le monde. Espérons que nos abbayes parviendront à renouveler leurs effectifs, afin que le scénario d’Achel ne se répète pas et que la tradition perdure.
 

Plus d'actualité