Armin Laschet, le successeur de Merkel à la tête de l’Allemagne ?

L’Union Chrétienne-Démocrate a choisi son nouveau président. Bien qu’il devrait être le candidat logique du parti à la chancellerie allemande, d’autres figures politiques sont aussi pressenties.

Armin Laschet, nouveau président de la CDU. (Crédit: Reuters)

En septembre de cette année, les Allemands iront aux urnes, comme tous les 4 ans. Jusque-là, rien d’inhabituel. Sur les bulletins de votes par contre, une surprise : l’absence du nom d’Angela Merkel.

En effet, après 16 ans en tant que chancelière, l’Hambourgeoise a décidé fin 2018 de quitter son poste de présidente de la CDU, l’Union Chrétienne-Démocrate, parti libéral conservateur et une des deux grandes forces politique allemandes. Elle a aussi indiqué qu’elle ne briguerait un 5e mandat à la tête du gouvernement fédéral.

C’est donc la fin d’une longue ère pour l’Allemagne, et d’une belle carrière politique pour celle qui fut la première femme à mener son parti mais également à occuper le poste de chancelière. 

En décembre 2018, elle a été remplacée à la présidence du parti par la secrétaire générale de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, actuellement ministre de la Défense. 

Mais « AKK » n’a pas réussi à s’imposer. Alors que ses relations avec Merkel étaient tendues, notamment sur le sujet de la fermeture des frontières aux migrants, début 2020, elle annonce elle aussi qu’elle quittera son poste et ne cherchera pas à devenir chancelière. En cause : une section régionale de la CDU s’est alliée à l’extrême-droite lors de l’élection du président de leur Land. Un choix qui a créé des tensions en interne. L’extrême-droite fait son retour dans les hautes sphères de la politique allemande depuis peu. Le parti AfD ayant même des députés au Bundestag, le parlement fédéral, depuis 2017. 

Et ce samedi, l’Union Chrétienne-Démocrate vient de choisir son nouveau président. Il s’agit de Armin Laschet, aujourd’hui ministre-président du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le plus peuplé d’Allemagne. Le voilà donc, théoriquement, en pole position pour remporter la course à la chancellerie en septembre. 

Digne successeur

Ancien journaliste, Armin Laschet s’est lancé en politique en 1989, d’abord à l’échelle communale avant d’être élu député fédéral en 94, puis au parlement européen en 99. Il quitte l’U.E. en 2005 pour devenir un des ministre du gouvernement de son Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

En 2012, il devient président du parti pour son Land et y remporte les élections de 2017, en devenant ainsi ministre-président. 

Ses opinions politiques, plutôt modérées et centristes, sont très semblables à celles d’Angela Merkel, de qui il s’inscrit dans la droite lignée. Grand défenseur de l’Union Européenne, il a également soutenu fermement et publiquement la politique migratoire de la chancelière, basée sur l’accueil et l’intégration. 

Son élection a la présidence du parti est un beau rebond pour Laschet, après une année 2020 difficile où sa gestion de la crise sanitaire pour son Land a été fortement critiquée, notamment par Angela Merkel elle-même.

D’autres possibilités

Ce poste de président ne fait pas de lui un candidat automatique à la chancellerie pour la CDU. Selon des sondages récents, les Allemandes verraient plutôt le Bavarois Markus Söder à ce poste. 

En Bavière, la CDU n’existe pas, c’est la CSU ou Union Chrétienne-Sociale qui occupe cette place sur l’échiquier politique. Au fédéral, CDU et CSU sont alliés et ne forment qu’un bloc. Plus populaire, Markus Söder, en tant que président de la CSU et ministre-président de la Bavière, pourrait donc être le candidat des conservateurs en septembre

Markus Söder (Crédit: DPA)

D’autres imaginent plutôt Jens Spahn comme prochain chancelier. Soutien de Laschet, et député depuis ses 22 ans, le ministre de la Santé de 40 ans se verrait bien, selon certaines sources, comme candidat à la place de son président de parti.

Jens Spahn. (Crédit: DPA)

Et bien que le chancelier soit membre du CDU depuis 2005 grâce à Merkel, il reste évidemment la possibilité que les socialistes du SPD remportent la victoire. Leur candidat a été choisi en août. Il s’agit d’Olaf Scholz, ministre des Finances, dans le gouvernement CDU/CSU-SPD actuel.

Olaf Scholz. (Crédit: IMAGO).

Mais en Allemagne, les Ecologistes ont de plus en plus de succès et prennent de plus en plus de place dans le gouvernement. Certains prédisent déjà une alliance entre la CDU, la CSU et les Verts pour la prochaine coalition fédérale. Cela tombe plutôt bien : et Armin Laschet (CDU) et Markus Söder (CSU) sont plutôt enclins à travailler avec eux.

Plus d'actualité