Elon Musk: vers l’infini et au-delà

En moins d'un an, Elon Musk a vu sa fortune exploser, devenant ainsi la personne la plus riche du monde. Retour sur une ascension fulgurante.

Elon Musk, l'homme le plus

Qui arrêtera Elon Musk? Le patron de Tesla et de SpaceX est devenu ce jeudi l’homme le plus riche du monde, avec une fortune évaluée à 195 milliards de dollars, détrônant ainsi Jeff Bezos, selon les calculs de l’agence Bloomberg. C’est la première fois que le fondateur d’Amazon est délogé de la première marche du podium depuis 2017, époque à laquelle son successeur n’était même pas dans le top 10.

« Personne n’a connu un changement plus spectaculaire que Musk », note l’agence qui tient à jour un classement des milliardaires. L’ambitieux entrepreneur de 49 ans ne valait « que » 20 milliards de dollars en 2017. Durant trois ans, sa fortune a légèrement augmenté ou baissé jusqu’en avril 2020, où elle se chiffrait à 24,6 milliards. Puis tout s’est emballé. En moins d’un an, le Sud-Africain, qui possède également les nationalités américaine et canadienne, a multiplié sa fortune par plus de sept, soit « probablement le boom de richesse le plus rapide de l’histoire », selon Bloomberg.

Tesla s’envole en Bourse

Cette croissance colossale, Elon Musk la doit essentiellement aux performances boursières de Tesla – dont il détient 18%. Le titre du groupe ne cesse de grimper: de plus de 700% en 2020 et de près de 15% depuis le début de l’année 2021 en à peine quatre séances à Wall Street. Jeudi, l’action a d’ailleurs dépassé les 800 dollars.  

Une voiture Tesla présentée à Shanghai

Une voiture Tesla présentée à Shanghai, le 6 janvier dernier. – AFP

Tesla pèse désormais davantage que General Motors, Ford, Fiat-Chrysler, Toyota, Honda et Volkswagen cumulés. Dans cette crise, qui a mis un coup d’arrêt violent au marché automobile, l’entreprise est un des seuls fabricants à avoir tiré son épingle du jeu. En 2020, elle est parvenue à faire grimper ses livraisons de 36% dans le monde, même si ses ventes restent bien loin des constructeurs traditionnels: presque 500.000 l’an dernier, contre 11 millions de véhicules vendus par Volkswagen en 2019.

À contre-courant, la compagnie, longtemps déficitaire, bénéficie de l’engouement des investisseurs persuadés que les voitures électriques sont l’avenir de l’automobile ainsi que du fait qu’elle est parvenue à gagner de l’argent pendant cinq trimestres consécutifs. Ce qui lui a ouvert les portes du prestigieux indice boursier S&P500 en décembre.

Un milliardaire sans argent

L’ascension fulgurante d’Elon Musk n’est pas finie. Certains analystes estiment déjà que son autre société, SpaceX, qui n’est pas encore cotée en bourse, pourrait suivre la même trajectoire que Tesla.

Le super-riche risque donc de devenir encore plus riche, alors que ses 195 milliards de dollars sont déjà une somme difficilement imaginable. Pour mieux saisir son ampleur, il est bon de rappeler la différence entre un million et un milliard. En secondes, le premier équivaut à 11 jours, alors que le second à près de 32 ans. Et 195 milliards de secondes? À plus de six millénaires.

Elon Musk

Elon Musk. – AFP

Mais il est bon de rappeler aussi que la fortune d’Elon Musk est essentiellement virtuelle, n’étant en réalité constituée quasiment que d’actions de ses deux sociétés Tesla et SpaceX.  Connu – parfois détesté – pour ses excentricités dans sa vie professionnelle comme privée, l’ingénieur n’a pas de yacht, de jet privé ou encore de villas aux quatre coins du monde. Elon Musk n’a presque « rien ». En mai dernier, l’homme qui veut envoyer des humains vers Mars annonçait en effet sur Twitter qu’il se débarrassait de « presque toutes ses possessions matérielles ». Il refuse même de percevoir un salaire, préférant des options sur des actions.

Plus qu’un milliardaire, ce passionné de sciences est un travailleur acharné qui souhaite toujours aller plus vite et plus loin. Pour parvenir à ses fins, il n’hésite donc pas à dormir dans l’usine Tesla de Fremont en Californie. Il avait notamment publié des photos de lui, à même le sol, en 2018, lorsque son entreprise, endettée, peinait à produire sa première berline électrique grand public. Que de chemin parcouru depuis.

À l’annonce de son titre d’homme le plus fortuné de la planète, le milliardaire virtuel est resté dubitatif. « Comme c’est étrange », a-t-il réagi sur Twitter, avant de se rappeler à l’ordre: « Bon, retour au boulot… »

Plus d'actualité