Vaccination : la Belgique va passer la deuxième

Le vaccin de Moderna est le deuxième à être approuvé par la Commission européenne. Même si sa livraison est prévue au plus tôt pour la fin du mois, la campagne de vaccination belge devrait quand même s’accélérer. À Bruxelles, le personnel des maisons de repos sera vacciné à partir du 18 janvier.

©belgaimage-171742824

Mercredi, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a donné son feu vert au vaccin contre le Covid-19 développé par Moderna. Dans la foulée, la Commission européenne approuvait sa mise sur le marché. La Belgique a commandé 2 millions de doses du produit (contre 5 pour le vaccin de Pfizer/BioNTech), de quoi permettre, vu la double injection requise, de vacciner un million de personnes. Mais à court terme, l’arrivée du vaccin Moderna ne devrait pas combler le retard pris dans le lancement de la campagne de vaccination. Les premières livraisons sont en effet attendues au mieux pour la fin janvier.

Aucun bouleversement majeur dans la stratégie belge n’est pour l’instant prévue. Malgré les appels du personnel soignant qui réclamait de passer en priorité, les autorités sanitaires restent sur ce qui avait été annoncé début décembre : d’abord les résidents et le personnel des maisons de repos, ensuite les professionnels de soins en milieu hospitalier, puis les 65 ans et plus, etc.

Plus de retards dans la livraison

La cadence de vaccination devrait néanmoins augmenter. Initialement, la vaccination en maison de repos devait s’étaler sur les mois de janvier et février. Ce mercredi, la Conférence interministérielle de la Santé a décidé que l’ensemble des résidents et une partie du personnel des maisons de repos seraient déjà vacciné en janvier. À Bruxelles, le personnel des maisons de repos et de soins (MRS) pourra recevoir à partir du 18 janvier la première dose du vaccin Pfizer, soit une semaine plus tôt que prévu. Dans les MRS où les résidents ont déjà reçu la première injection, le personnel sera vacciné au cours de la semaine du 25 janvier, en même temps que la seconde injection des seniors.

Cette relative accélération (on est encore loin des cadences imprimées au Royaume-Uni ou en Allemagne) est rendue possible par la confirmation du calendrier de livraison du vaccin Pfizer. Début de la semaine, seule la moitié des 600.000 doses promises par la firme avait été livrée à la Belgique. Pour assurer une deuxième injection, trois semaines plus tard, à tous ceux ayant reçu la première, un stock stratégique a été constitué, réduisant du même coup le nombre de personnes vaccinables. Mardi, Pfizer garantissait qu’elle n’accuserait plus aucun retard dans la livraison des 87.500 doses hebdomadaires prévues jusque fin mars.

Quelles différences entre le vaccin Moderna et celui de Pfizer ?

Comme le Cominarty – le nom du produit de Pfizer – le vaccin Moderna est basé sur la technologie novatrice de l’ARN messager (ARNm). Contrairement au Cominarty, qui se conserve à -70°, celui de Moderna peut être congelé à -20° durant six mois.

Son taux d’efficacité par rapport au groupe placebo est annoncé à 94,1% (testé auprès de 30.000 volontaires), soit pratiquement la même chose que celui de Pfizer (95%, sur 40.000 volontaires). Alors que le Cominarty ne fait pas l’objet de contre-indication à partir de 16 ans, l’effet du vaccin Moderna n’a pas été étudié chez les moins de 18 ans.

Plus d'actualité