Une partie de l’Angleterre se reconfine, une nouvelle souche du virus détectée

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé ce samedi le reconfinement de Londres et du sud-est de l’Angleterre, pour tenter d’enrayer une flambée des contaminations suite à une mutation du virus. Selon des experts, il ne s’agit que d’une variante « mineure », qui ne devrait pas remettre en question la campagne de vaccination. La Belgique a toutefois interdit pour minimum 24 heures les vols en provenance du Royaume-Uni, tout comme les liaisons Eurostar.

©belgaimage-171373177

À peine deux semaines après le déconfinement partiel du 3 décembre, le gouvernement britannique est forcé de faire marche arrière, face à l’envolée des contaminations à Londres et dans le sud-est de l’Angleterre. « Il semble que cette propagation est désormais alimentée par une nouvelle variante du virus », qui se transmet « bien plus facilement », a déclaré Boris Johnson lors d’une conférence de presse. Conséquence : les habitants de la capitale et du sud-est du pays sont placés à partir de ce dimanche au niveau d’alerte 4, soit le plus élevé. Un nouveau serrage de boulons va donc succéder au relâchement jusqu’ici prévu pour permettre à maximum trois foyers de se retrouver pendant les fêtes. Au niveau 4, tout rassemblement est désormais interdit et les commerces « non essentiels » doivent baisser le rideau.

Depuis plusieurs semaines, une nouvelle mutation du SARS-CoV-2 intrigue les virologues. Cette variante contiendrait 23 changements dans la protéine que le virus fabrique, « un nombre inhabituellement grand », selon les déclarations de Patrick Vallance, conseiller scientifique du gouvernement Johnson. Elle serait notamment à l’origine de 62% des contaminations londoniennes pour le mois de décembre. Mais pas de panique : en l’état, rien n’indique que cette mutation serait plus mortelle ou causerait une forme « plus sévère de la maladie », a rassuré le Premier ministre britannique.

Adapter le vaccin « périodiquement » ?

Comme l’ont rappelé plusieurs experts, muter fait partie du fonctionnement normal d’un virus. « Les virus mutent constamment », a expliqué à Belga Marc Van Ranst. Cette nouvelle souche du coronavirus serait ainsi déjà apparue en Belgique ces derniers mois. Une « variante mineure » a jugé le virologue, qui a indiqué en avoir observé quatre cas en laboratoire.

Jusqu’ici, le génome du virus a évolué sans cesse, au fil des transmissions, sans que ses mutations ne constituent un frein à l’action des anticorps. En l’état, l’efficacité du ou des vaccins ne devrait donc pas être remise en question. « Mais si le virus mute de façon plus importante, peut-être faudra-t-il adapter le vaccin périodiquement, comme on le fait chaque année pour la grippe saisonnière », ajoutait la vaccinologue Marie-Paule Kieny dans Le Monde.

Pour Yves Coppieters, cette mutation « ne va pas changer l’efficacité [du vaccin] contre le virus ». Reste à voir si tout en n’étant pas plus dangereuse, cette nouvelle souche ne s’avère pas toutefois plus contagieuse. Auquel cas, « la première chose à faire est de restreindre, voire interdire les voyages vers la ou les zones à forte incidence de cette souche », a prévenu le professeur de santé publique (ULB). Aussitôt dit, aussitôt fait : après les Pays-Bas, la Belgique a émis ce dimanche une interdiction d’entrée sur les vols en provenance du Royaume-Uni. Elle commencera à minuit, pour au moins 24 heures.

Les connexions ferroviaires Eurostar en provenance du Royaume-Uni sont également suspendues temporairement. La Belgique se concerte avec la France sur la question, vu que des trains Eurostar venant du Royaume-Uni y arrivent aussi. Les voyageurs pourraient ensuite se rendre en Belgique. C’est pourquoi des contrôles préventifs seront également menés sur les routes, a précisé le Premier ministre Alexander De Croo à la VRT. Les voyageurs de retour du Royaume-Uni (une zone rouge) seront surveillés de près pour garantir leur respect des règles de quarantaine. «Nous fournirons des informations très claires à tous les arrivants sur ce qu’on attend d’eux», a assuré M. De Croo.

Plus d'actualité