La crainte d’une « pandémie de faim » plus grave que le Covid-19

Le Programme alimentaire mondial de l'ONU, prix Nobel de la paix 2020, tire la sonnette d'alarme: les mesures prises pour endiguer la propagation du coronavirus risquent de plonger davantage de personnes dans l’extrême pauvreté.

Des Soudanais portant des sacs de denrées alimentaires fournis par le PAM. - AFP/Yasuyoshi CHIBA

En recevant le Nobel de la paix à distance à cause de la crise sanitaire, le Programme alimentaire mondial (PAM) s’est inquiété jeudi d’une « pandémie de la faim » aux effets, selon lui, potentiellement plus graves que le Covid-19. « En raison des nombreuses guerres, du changement climatique, de l’utilisation généralisée de la faim comme arme politique et militaire – et d’une pandémie mondiale qui aggrave tout ça de façon exponentielle -, 270 millions de personnes s’acheminent vers la famine« , a prévenu le chef du PAM, l’Américain David Beasley. « Ne pas satisfaire leurs besoins provoquera une pandémie de la faim qui occultera l’impact du Covid« , a-t-il affirmé, après avoir retiré son masque, dans des propos retransmis depuis le siège de l’agence onusienne à Rome.

Plus grande organisation humanitaire de lutte contre la faim, le PAM, fondé en 1961, nourrit chaque année des dizaines de millions de ventres affamés – 97 millions l’an dernier – sur tous les continents. En lui attribuant le prix de la paix le 9 octobre, le comité Nobel norvégien avait salué son combat contre cette « arme de guerre » touchant en premier lieu les civils.

Face aux tentations de repli nationaliste, « le Programme alimentaire mondial (…) représente exactement le type de coopération et d’engagement internationaux dont le monde a cruellement besoin aujourd’hui« , a répété la présidente du comité, Berit Reiss-Andersen, jeudi dans un Institut Nobel désert, Covid oblige.

le chef du Programme alimentaire mondial

Un « appel à l’action »

Si les Nobel sont traditionnellement remis en grande pompe le 10 décembre, à Oslo pour la paix et à Stockholm pour les autres disciplines (littérature, médecine, physique, chimie et économie), l’épidémie de coronavirus a gâché la fête.

Exit les cérémonies grandioses en présence de têtes couronnées et les banquets en smoking et robe de gala, les organisateurs ont dû se résigner cette année à des hommages modestes, essentiellement en ligne. Exceptionnellement, la médaille d’or et le diplôme Nobel ont été envoyés à Rome par valise diplomatique.

« Ce prix Nobel de la paix est plus qu’un merci, c’est un appel à l’action« , a affirmé M. Beasley. Soulignant qu' »une famine est aux portes de l’humanité« , il a estimé que « la nourriture est la voie vers la paix« .

« Le moment le plus ironique de l’Histoire moderne »

Ces dernières semaines, le PAM s’est alarmé des risques de famine au Burkina Faso, au Soudan du Sud, dans le nord-est du Nigeria et au Yémen. Dans ce pays, la malnutrition, déjà à des niveaux records, devrait encore s’aggraver du fait de la pandémie et du manque de fonds.

la Pam prix nobel de la paix

M. Beasley s’est indigné de « ce qui pourrait être le moment le plus ironique de l’Histoire moderne« . « D’un côté, après un siècle de progrès massifs dans l’élimination de l’extrême pauvreté, 270 millions de nos voisins sont aujourd’hui au bord de la famine« , a-t-il dit. « De l’autre, il y a 400.000 milliards de dollars de richesses dans notre monde aujourd’hui. Même au plus fort de la pandémie de Covid, en seulement 90 jours, 2.700 milliards de dollars supplémentaires de richesses ont été créés. Et nous n’avons besoin que de 5 milliards de dollars pour sauver de la famine 30 millions de vies« , a-t-il ajouté.

Pour que le PAM puisse encaisser les 10 millions de couronnes suédoises (975.000 euros) dont est doté le prix, M. Beasley doit en principe prononcer sous six mois le traditionnel discours Nobel. Confiant s’endormir « en pleurant pour les enfants qu’on n’a pas pu sauver« , il a conclu ses remerciements jeudi sur un plaidoyer douloureux. « Quand nous n’avons pas assez d’argent ni l’accès dont nous avons besoin, nous devons décider quels enfants mangent et quels enfants ne mangent pas, quels enfants vivent, quels enfants meurent« , a-t-il dit. « S’il vous plaît, ne nous demandez pas de choisir qui vivra et qui mourra (…). Nourrissons-les tous« .

Plus d'actualité