Covid-19 : il faut désormais limiter l’accès aux centres-villes

A Bruxelles et Bruges, les illuminations de Noël ont poussé les Belges à se réunir en masse, sans se soucier du coronavirus et des mesures sanitaires. Face à ce comportement irresponsable, les deux villes ont dû instaurer de nouveaux systèmes de régulation de la foule.

Trop de monde à Bruges ce week-end. ©Belga

On le rappelle aux distraits: se réunir à dans un espace réduit contribue à la propagation du virus. Mauvaise idée.

Pourtant, ce n’est pas encore intégré par de nombreux Belges. Particulièrement par ceux qui se sont rendus en grand nombre sur la Grand Place de Bruxelles ce week-end pour admirer les illuminations de Noël.

Une famille qui pense qu’elle sera la seule à avoir l’idée de se rendre dans le centre-ville de Bruxelles pour y découvrir la nouvelle décoration n’est déjà pas très prévoyante, mais si elle ne fait pas demi-tour en voyant la foule, cela devient de la bêtise.

Comme le souligne Het Laatste Nieuws, samedi dans la journée déjà, le cœur de la capitale était particulièrement bondé pour une journée sans Horeca et sans magasins. Cela n’augurait rien de bon. Et samedi soir, la Grand Place était noire de monde, affolant rapidement les autorités. La zone de police Bruxelles-Capitale a dû déployer plus d’hommes que prévu pour réguler la population sur le piétonnier. 

Voulant éviter que l’histoire se répète, le bourgmestre Philippe Close a communiqué son désarroi sur les réseaux sociaux samedi soir, invitant Bruxellois et touristes à respecter les mesures sanitaires.

Mais rien n’y a fait. Dimanche soir, la Grand Place était tout aussi fréquentée que la veille. Les policiers a dû jouer les sorteurs et limiter l’accès aux lieux et aux ruelles adjacentes pour éviter que la situation empire. 

Face à ce constat d’irrespect des règles de distanciation, à un moment où elles doivent être plus respectées que jamais, les autorités bruxelloises se réunissaient ce lundi pour décider comment restreindre l’accès à cette place publique, comme s’il s’agissait d’une salle de concert avec une jauge maximale.

« Il est question d’un processus de filtrage via un comptage du nombre de personnes, qui sera sans doute le même que celui qui sera appliqué rue Neuve dès mardi. L’idée est de pouvoir permettre aux gens de venir faire une balade dans le centre-ville, tout en respectant les mesures sanitaires », a expliqué la Ville à la RTBF. Une société privée sera même engagée pour s’occuper des Galeries de la Reine.

Dans les rues par milliers

A Bruges, le scénario était plus ou moins le même. Des dizaines de milliers de visiteurs se sont rendus dans les rues de la Venise du Nord pour admirer la 2e édition de Wintergloed, illuminations de Noël réparties aux quatre coins de la ville. Là aussi, la police a du réguler les flux de promeneurs samedi soir. Pourtant, Wintergloed doit durer jusqu’au 10 janvier, il n’était pas nécessaire de se dépêcher.

Face au comportement des Brugeois et des touristes, la Ville a du prendre une décision rapide et radicale : les illuminations ont été annulées ce dimanche mais aussi le week-end prochain, les 4 et 5 décembre.

Ensuite, un parcours à sens unique sera instauré pour admirer les Lumières de Noël et des stewards surveilleront le bon déroulement de l’opération.

Trop de monde dans Bruges.

Au final, la situation est plutôt paradoxale. Les illuminations peuvent mettre du baume au cœur de la population, pourquoi s’en priver par ces temps moroses ? Sauf que si les Belges préfèrent admirer ces lumières que penser à leur santé et celle des autres, cela découragera peut-être certaines administrations à enjoliver leur ville pour la période des fêtes… Espérons que la réouverture des magasins non-essentiels se déroulera avec plus de respect. 

Plus d'actualité