To ski or not to ski ?

Après les vacances d'été, l'Europe se chamaille sur les vacances d'hiver. Si les autorités déconseillent le ski à Noël, les négociations vont bon train à propos d'une éventuelle ouverture.

Belga

On pense toujours qu’on apprend des erreurs du passé, que l’Histoire nous offre des leçons et nous permet de mieux comprendre, de mieux appréhender les situations difficiles. Mais est-ce vraiment certain ? Après la saison d’été et ses couleurs en vert, orange et rouge en perpétuelle évolution aux quatre coins du continent, voici la saison d’hiver.

 

Si l’Europe était bien faite, elle parlerait d’une seule voix. Les choses ne sont pas aussi simples. Car derrière les pistes de ski, it’s the economy, stupid ! En France, garder les pistes fermées équivaudrait à un manque à gagner de 10 milliards d’euros pour 12.000 saisonniers. En Autriche, aussi, le ski rapporte. Et Dieu sait si l’Europe a besoin d’argent… Résumé de la situation.

 

Europe cherche accord désespérément…

 

L’Allemagne, qui occupe la présidence tournante du Conseil européen, prône aux Européens de ne pas aller skier cet hiver. En tout cas pas à Noël. Chez elle, en tout cas, rien ne sera ouvert avant la mi-janvier. L’Italie, qui ne se souvient que trop bien de sa dernière saison de ski, emboîte le pas. Ses stations resteront fermées et elle aussi aimerait que les Européens se mettent pour une fois d’accord sur la question.

 

Belga

 

Et cela porte ses fruits… En Belgique, où on skie très peu (à part dans les Ardennes), le gouvernement De Croo a déconseillé d’aller skier cette année. La France, reine des destinations de ski, attend de voir… Pour le moment, l’idée est que les stations seront ouvertes… Mais les pistes fermées. Des fois que vous voudriez faire le plein de globules blancs sans aller skier. Sinon, il faudra patienter jusqu’à mi-janvier.

 

Et c’est là que ça se complique. L’Autriche, deuxième destination préférée des skieurs fortunés, elle, avait prévu de rouvrir ses stations le 17 décembre. Mais devant l’insistance de ses partenaires, elle se dit qu’elle n’est pas contre rester pistes closes… Si l’Europe lui rembourse 80% de son manque à gagner ! En Espagne, où on veut tout faire pour renflouer les caisses, on espère ouvrir au plus vite.

 

… Pour finir tous en Suisse ?

 

Bref, les négociations vont bon train. « Je te donne ça, si tu me laisses ceci… » En vérité, l’Europe pourrait même arriver à un accord, mais celui si risque de s’avérer complètement inutile. Car la Suisse, ce pays montagneux hors Union implanté au centre même de cette Union, a déjà ouvert ses stations de ski ! Résultat : Belges, Français, Allemands, Autrichiens et Italiens risquent de s’y retrouver à Noël, oubliant l’Histoire récente du continent. A savoir que la première vague est partie des pistes de ski italiennes et la deuxième au retour des vacances d’été. Décidément, l’Histoire ne nous apprend rien !

Plus d'actualité