Covid-19 : Alexander De Croo peu optimiste pour les fêtes de fin d’année

Le Premier ministre ne veut pas donner de faux espoirs à la population quant à un assouplissement des mesures. Mais il a affirmé que les futures décisions seront prises sur des bases scientifiques et pas à cause de pressions, d'où qu'elles viennent.

De Croo a préféré s'abstenir de faire de fausses promesses. ©Belga

Alors que le pays entame sa deuxième semaine de quasi-confinement, les Belges, pour beaucoup enfermés chez eux, empêchés d’exercer leur emploi ou mis au télétravail forcé, ont envie d’entendre de bonnes nouvelles concernant la pandémie. Pourtant, même si certaines moyennes baissent, les chiffres restent préoccupant, surtout ceux des hospitalisations.

Ce matin, Alexander De Croo était invité par la RTBF pour faire sur le point sur la situation et ses propos ont confirmé ce constat. « La situation reste difficile même si certains chiffres vont légèrement dans le bon sens pour la première fois », a commenté le Premier ministre. « La pression dans les hôpitaux reste extrêmement grande et ça, c’est notre plus grande préoccupation ».

Son message est clair : oui, les efforts des Belges sont utiles, les effets commencent à se voir, mais il ne faudra rien lâcher. Il refuse d’ailleurs de déclarer que le pic de la crise a été atteint. « On le saura après », a-t-il répondu. « Pour l’instant, on ne peut pas l’affirmer et cela ne change rien. Les mesures à respecter restent les mêmes. »

Respecter les règles sanitaires est très compliqué pour de nombreux Belges, surtout lorsqu’on ne sait pas combien de temps encore il faudra tenir bon. Et le libéral n’était à même de donner une échéance ce matin. « Je n’ai pas de boule de cristal. Quand on réévaluera les mesures, on le fera en se basant sur des chiffres, en se basant sur des avis scientifiques. »

Pour beaucoup, l’idéal serait que les règles s’assouplissent progressivement avant l’hiver, afin de pouvoir passer les fêtes de fin d’année avec leur famille ou leurs proches. Une récompense qu’Alexander De Croo n’a pas pu promettre. « C’est clair que les fêtes ne seront pas comme l’année passée, elles seront différentes. Mais dire maintenant quelles seront les mesures en vigueur à ce moment-là, c’est impossible. Je comprends qu’il est important de donner une perspective, mais donner un faux espoir, c’est pire. »

« Un marathon »

Les mesures actuelles doivent se prolonger, sauf contrordre, jusqu’au 13 décembre. La prochaine réévaluation des mesures devrait avoir lieu le 1er décembre et concernera essentiellement les magasins dits « non-essentiels ». Et eux aussi attendent les fêtes de fin d’année avec impatience, période de grande fréquentation pour ces commerces. Mais pour ce domaine comme pour les autres, le Premier ministre s’est refusé à toute spéculation.

Des propos qui vont dans le même sens que ceux qu’il a tenu ce dimanche sur la chaine flamande VTM, où il n’a pas plus souhaité spéculer quant à un allègement des règles, mais où il a tout de même rappelé que la Belgique ne devrait pas être débarrassée du Covid de sitôt. « Nous sommes dans un marathon et nous devons nous préparer à des mesures pour le long terme », a-t-il expliqué.

Lors de ces deux interviews, Alexander De Croo a insisté sur un point : si cela a pu arriver plus tôt cette année, cette fois, pas question de céder aux pressions, d’où qu’elles viennent. « A un moment, il y aura des pressions pour revoir les mesures, mais nous prendrons nos décisions en se basant sur les chiffres et sur ce que diront les scientifiques. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité