Joe Biden proche de la victoire… Et après ?

Le candidat démocrate ne doit plus remporter qu'un Etat pour obtenir les 270 grands électeurs. Mais Donald Trump a promis de se lancer dans une bataille juridique. Peut-il paralyser l'élection ?

Joe Biden, bientôt le 46e président des Etats-Unis? - Belga

En remportant le Michigan cette nuit, Joe Biden se rapproche à grands pas de la présidence américaine. Il reste six Etats à dépouiller (l’Arizona, le Nevada, la Pennsylvanie, la Caroline du Nord, la Géorgie et l’Alaska – ce dernier ira sans surprise à Donald Trump). Les résultats restent serrés et techniquement, chaque candidat peut encore l’emporter. Mais la tendance actuelle est démocrate.

Plusieurs raisons à cela: à mesure que les votes sont dépouillés, le nom de Joe Biden revient le plus souvent. C’est parce que les dépouillements tardifs concernent surtout les villes et les votes par correspondance, lesquels, on le sait, sont plus favorables au candidat démocrate – Trump ayant explicitement demandé à ses supporters de se déplacer pour aller voter.

Bref, sauf nouveau retournement de situation, Joe Biden devrait, dans la journée ou la nuit, passer la barre fatidique des 270 grands électeurs et ainsi gagner la campagne présidentielle. Les choses vont-elles s’arrêter là ? Pas sûr. En tout cas, pas pour Donald Trump qui s’est déjà lancé dans une bataille juridique, demandant de recompter les bulletins au Wisconsin et au Michigan, d’arrêter de compter en Pennsylvanie, tout en faisant miroiter un recours à la Cour suprême.

Belga

Donald Trump peut-il bloquer l’élection  ?

L’actuel locataire de la Maison Blanche a déjà dénoncé une « fraude » et considéré « avoir gagné l’élection ». C’est ce qu’il a dit hier dans la nuit américaine. Il est actuellement occupé à lancer une campagne de désinformation, assurant qu’on est en train de lui voler son élection. Bref, il ne va pas quitter le pouvoir facilement. Ce qu’il a laissé entendre en votant le 3 novembre : « Gagner est facile. C’est perdre qui est difficile. En tout cas, moi, je n’aime pas perdre et je n’en ai pas l’intention ».

D’un point de vue légal, que peut-il faire ? Dans un premier temps, les recours devront se faire auprès des cours de justice des différents Etats. Avec une marge de moins de 1% dans le Wisconsin en faveur de Joe Biden, il peut demander un recomptage dans cet Etat. Dans le Michigan où la marge est de plus de 1%, cela dépendra de la Cour. Il est bon de noter que les recomptages ne sont pas chose nouvelle lors d’une élection américaine, et que bien souvent, ceux-ci ne changent rien à la donne.

Concrètement, les Etats ont jusqu’au 8 décembre pour résoudre tout litige ou vote contesté et donner les résultats définitifs de l’élection au collège électoral. Ces fameux grands électeurs des 50 Etats américains se réuniront le 14 décembre pour annoncer officiellement le vainqueur des élections dans ce qui est, traditionnellement, un simple vote d’approbation.

Belga

Un « replay » de l’élection de 2000?

Donald Trump peut-il saisir la Cour suprême ? Il faudrait alors que les résultats soient vraiment très serrés dans un ou plusieurs Etats et décisifs dans la course à la présidence. Le seul exemple moderne connu est bien entendu celui de la Floride en 2000. Il avait alors fallu attendre 33 jours et de nombreux recours en justice des deux côtés pour qu’au final, les recomptages soient stoppés par la Cour Suprême fédérale. George Bush avait fini par gagner l’élection devant Al Gore avec 271 grands électeurs et moins de 600 votes de plus en Floride.

Vu comme les choses évoluent aujourd’hui, on n’en est pas encore là. Et les invectives de Donald Trump risquent avant tout de pousser ses supporters à crier à la fraude. À moins qu’ils ne se contentent pas de crier.

Sur le même sujet
Plus d'actualité