Eden Hazard, le remontant dont la Belgique a besoin ?

Les performances et le but du capitaine des Diables Rouges avec le Real ce samedi méritaient-ils autant de louanges et de médiatisation ? Peut-être pas, mais en cette période difficile, le moindre petit bonheur est bon à prendre.

La prestation d'Eden a réjouit de nombreux supporters belges et espagnols. ©Abacapress

Ce samedi soir, le Real Madrid affrontait Huesca dans le cadre de la 8e journée du championnat espagnol. Un match au résultat attendu : au coup de sifflet, le marquoir affichait 4-1. Aucune surprise, vu la différence de niveau entre le multiple vainqueur de la Ligue des Champions et ce club qui n’a atteint la Première division de la Liga pour la première fois qu’en 2018.

Pourtant, ce dimanche, le match a cristallisé l’attention de nombreux fans de football, et particulièrement des supporters des Diables Rouges. Ce n’est pas pour rien que ce duel a fait les gros titres des médias sportifs belges ce dimanche : il marquait le grand retour d’Eden Hazard. Le Brainois a été titularisé pour la première fois depuis l’été. Il était donc attendu au tournant et n’a pas démérité : un très beau goal, dont la vidéo tourne énormément sur le net. Même les médias espagnols n’ont pas tari d’éloges sur le Belge : « l’éclaircie du Real », « la solution d’urgence », « un instinct de buteur ».

Un an sur le banc

Encore ce lundi, les articles qui relatent ce match du Real et les prouesses de son numéro 10 font partie des plus partagés et commentés sur les réseaux sociaux et sites sportifs du plat pays. Mais n’en fait-on pas trop sur Eden Hazard ?

En effet, les supporters madrilènes étaient tout à fait en droit d’attendre autant de l’ancien joueur de Chelsea. Lorsqu’il portait le maillot bleu, Eden enchaînait de telles prestations, et même de bien meilleures, semaine après semaine. C’est grâce à ces résultats que le club espagnol n’a pas hésité à débourser 100 millions d’euros pour s’offrir les services du capitaine des Diables Rouges. Un prix qui semblait tout à fait justifié en juin 2019.

Mais depuis, le star de notre équipe nationale a énormément déçu. La raison principale : ses très, trop diront certains, nombreuses blessures. Entre août 2019 et octobre 2020, il a été incapable de jouer durant 240 jours, ce qui représente 35 matchs ratés. C’est plus en à peine un an que sur toutes ses années en Premier League.

C’est bien simple : avant samedi, Hazard n’avait marqué qu’un seul but pour le Real depuis qu’il a rejoint le club. Un seul but, 100 millions d’euros, l’addition est plutôt salée.

Ces derniers temps, la condition physique du Belge a également fait les choux gras d’une partie de la presse. Certains analystes ne le jugeaient pas en forme, pour d’autres il était carrément trop gros. Encore il y a quelques semaines, un célèbre éditorialiste sportif espagnol le descendait dans un article décrivant comme « une blague », « en surpoids », « pas aussi bon qu’à Chelsea », ajoutant même que « les dégâts qu’il a causé au Real ne sont plus excusables ».

Finalement, l’Eden Hazard de ce samedi n’avait rien d’extraordinaire, c’était celui qui a fait briller Chelsea, qu’adorent les supporters belges et qu’attendaient les Madrilènes déçus depuis plus d’un an. Celui qui devrait épater les spectateurs tous les week-ends. 

Bon retour pour le Belge. ©AFP

Ne nous en privons pas

Mais en cette période particulièrement difficile, faut-il blâmer la presse sportive de se réjouir ? Faut-il accabler les fans de football qui s’enthousiasment à nouveau pour la star belge ? Les deux camps s’encouragent mutuellement dans ce cercle vicieux. L’un publie énormément de contenu, peut-être parfois trop, sur les performances des Diables Rouges, même quand celles-ci n’ont rien d’exceptionnel. De l’autre, les Belges se jettent sur ce type d’article, célébrant les prouesses de leurs compatriotes à l’étranger. Mais finalement, cela ne fait de mal à personne, au contraire.

En effet, après une telle année, toutes les nouvelles réjouissantes sont bonnes à prendre. Eden Hazard a peut-être raté son départ au Real Madrid, mais la course est loin d’être finie. Il a encore le temps de briller comme avant et même de se surpasser.

Ensuite, un numéro 7 performant en Liga et en Champion’s League peut aussi être un capitaine confiant pour l’équipe nationale belge, qui pourra continuer à rêver de soulever un jour une coupe internationale.

Si ce but de notre Eden face à une équipe espagnole de bas de classement réjouit tout le monde, pourquoi s’en priver alors que les mauvaises nouvelles sont quotidiennes ?

Apparemment, cela fait même du bien à nos microbiologistes… 

Plus d'actualité