Voici les nouvelles mesures contre le coronavirus en Belgique

Pas de reconfinement total, mais de nouvelles mesures ont été annoncées ce vendredi matin afin d'endiguer l'épidémie de coronavirus en Belgique. On fait le point.

Alexander De Croo - Reuters

Une semaine après avoir déjà pris des mesures drastiques, comme la fermeture de l’Horeca, le couvre-feu et la bulle sociale réduite à une personne, les chiffres de l’épidémie de Covid-19 continuent de s’aggraver. « Ce n’est pas une surprise », tempère le Premier ministre Alexander De Croo. Le délai entre l’introduction d’une mesure et son impact est de 10 à 15 jours minimum. Malgré le cri d’alerte des experts, il n’y aura pas de nouveau confinement, les politiques préférant attendre l’effet des mesures entrées en vigueur lundi. Mais la situation n’en reste pas moins inquiétante: toutes les provinces sont dans le rouge, sauf le Limbourg qui ne devrait toutefois pas tarder à atteindre lui aussi le niveau d’alerte 4. Pour freiner cette propagation de l’épidémie, le Comité de concertation a annoncé un nouveau tour de vis. Ces nouvelles mesures, jugées déjà insuffisantes par certains, entrent en vigueur immédiatement, jusqu’au 19 novembre.

Le sport

Plusieurs mesures ont été prises pour le sport. Toutes les compétitions professionnelles à l’intérieur et à l’extérieur peuvent se poursuivre, mais sans public. Les compétitions amateurs sont, elles, suspendues, sauf pour les moins de 18 ans. Les compétitions des plus jeunes restent donc autorisées, mais un maximum d’un parent peut accompagner l’enfant, tout en portant un masque. Les entraînements peuvent eux aussi se tenir. Les piscines restent ouvertes, tandis que le sport en salle reste possible pour autant que la distanciation physique soit respectée.

L’école

L’objectif des politiques est clair: maintenir les écoles ouvertes. « C’est un volet important parce qu’on sait combien les étudiants et les élèves ont subi un coup de frein terrible dans leurs apprentissages lors du premier confinement. L’éducation est pourtant essentielle pour notre jeunesse », a déclaré le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet. Dans l’enseignement obligatoire, la présence physique pendant 5 jours reste donc la règle. Pour les activités extra-scolaires, la prudence est de mise. Si ces activités sont intérieures, elles ne sont accessibles qu’aux moins de 12 ans.

Dans l’enseignement supérieur, le nombre d’étudiants dans les auditoires est limité à 20%, avec une exception pour les premières années. Le taux sera de 50% pour ces étudiants. Le gouvernement veut également préserver les stages et les travaux pratiques.

Les événements

Bonne nouvelle pour le secteur: les activités culturelles peuvent toujours avoir lieu. « Ce n’est pas là jusqu’à présent qu’on a vu les gros foyers de contaminations. Les protocoles sont sévères et beaucoup de mesures ont déjà été prises », a précisé Pierre-Yves Jeholet. Un maximum de 40 personnes sont acceptées dans les événements religieux, culturels, éducatifs, associatifs si leur organisation permet de respecter les règles de lutte contre le coronavirus. Si la distance sociale est possible, et avec le port du masque, le nombre de personnes peut monter jusqu’à 200.

Les parcs d’attractions

Les parcs d’attractions seront temporairement fermés, mais pas les parcs animaliers. Ces derniers doivent néanmoins interdire l’accès aux parties intérieures. La vente de boissons et de repas y est également interdite.

Les mouvements de jeunesse

Les protocoles « jeunesse » restent d’application. Les activités en intérieur sont interdites pour les plus de 12 ans. Les activités extérieures restent, elles, autorisées. Les stages de vacances organisés pendant le congé rallongé de Toussaint peuvent être maintenus.

« Le télétravail, c’est la règle et la règle, c’est la règle », a insisté le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. La fréquence des transports en commun sera augmentée aux heures de pointe et sur les principales lignes de fréquentation, a annoncé Elio Di Rupo. Concernant les hôpitaux, les opérations non-urgentes seront reportées dès lundi pour les quatre prochaines semaines. Les opérations urgentes et les traitements vitaux sont maintenus. La capacité des lits en soins intensifs doit également augmenter pour atteindre 2.300 lits, contre 2.000 actuellement.

Durant la conférence de presse, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet a anticipé les critiques concernant ces nouvelles mesures: « Elles seront toujours critiquées, soit parce qu’on ne va pas assez loin, soit parce qu’on va trop loin. » Présentées comme la prolongation des décisions prises vendredi dernier, elles visent le même objectif: « préserver nos soins, nos écoles, nos entreprises et la santé mentale de notre population », a résumé Alexander De Croo. « C’est notre comportement qui détermine la durée de ces mesures. Aucune règle, aucune loi ne peut battre ce virus, nous devons devenir une seule équipe solide de 11 millions de Belges pour le battre », a déclaré le Premier ministre, appelant à la solidarité nationale. 

Plus d'actualité