La culture bientôt reconfinée ?

Le comité de concertation doit réévaluer vendredi les protocoles sanitaires mis en place dans tous les secteurs. Dont celui de la culture, qui craint d’être mis à nouveau à l’arrêt.

©belgaimage-165006452

Quand, vendredi dernier, le comité de concertation a décidé de resserrer les boulons – en fermant notamment bars et restaurants- le secteur culturel a pu pousser un ouf de soulagement, lui qui n’était pas concerné par les nouvelles mesures. Un demi-ouf, plutôt, puisque le Premier ministre Alexander De Croo annonçait, immédiatement après, laisser une semaine (de sursis?) à la Culture ou au Sport. Juste le temps nécessaire pour adapter les protocoles sanitaires en vigueur dans ces secteurs à ce baromètre « coronavirus » tant annoncé, censé organiser la vie au temps du coronavirus en fonction de sa propagation.

Sauf qu’avant même d’être officiellement présenté (ce vendredi en comité de concertation ?), ledit baromètre serait presque déjà dépassé. Vu la flambée des nouvelles infections et des hospitalisations, nous aurions atteint son niveau maximal (le 4), voire serions déjà à 4,5. Et les mesures qu’il prévoirait ne seraient plus adaptées à la situation épidémiologique actuelle.

À en croire de nombreux experts, la seule option possible serait un reconfinement plus ou moins important. Le monde politique semble d’ailleurs préparer le terrain : mercredi, Georges-Louis Bouchez, président du MR, estimait sur La Première qu’on va « devoir prendre des mesures beaucoup plus strictes ». 24H après, sur la même antenne, c’est sa collègue de la Vivaldi, Annelies Verlinden (CD&V), qui n’excluait pas l’option reconfinement. « On verra », a lancé la ministre de l’Intérieur.

Un « rattrapage tactique » ?

Pour éviter le lockdown complet, certains secteurs pourraient donc devoir supporter tout l’effort. La culture craint ainsi d’être la prochaine sur la liste. Dans une carte blanche, la Fédération des employeurs des arts de la scène (FEAS), qui regroupe une cinquantaine de structures culturelles, redoute qu’après avoir fermé l’Horeca, les autorités fédérales « veuillent désormais faire de même avec les lieux culturels, par souci d’une ‘équité’ pour le moins spécieuse et sans fondement, et qui fleure bon le rattrapage tactique ». Les signataires font état de bruits « de coulisses » qui obligeraient les opérateurs à limiter le nombre de spectateurs à 40 par salle, ou prévoir deux sièges et une rangée de libre entre chaque bulle.

Des mesures « impraticables », qui réduiraient encore les jauges et grèveraient davantage les finances d’un secteur très fragilisé par la première vague du virus. D’autant que selon les signataires, « le risque d’une éventuelle contamination au sein de nos établissements est encore moindre », depuis la fermeture des lieux de « consommation internes de boissons et de nourriture » qu’accueillent théâtres, cinémas ou musées. Une analyse qu’a semblé partager la ministre de la Culture Bénédicte Linard, en rappelant dans la Libre qu’il n’y avait « pas de cluster détecté dans les endroits (…) régulés par les protocoles ».

Pour éviter une fermeture complète, la FEAS avance des mesures complémentaires, comme « la fourniture de masques chirurgicaux neufs à l’entrée des salles » ou la « fermeture totale des sites au public, quinze minutes après les représentations ». Reste à voir si cela sera jugé suffisant par le comité de concertation.

Plus d'actualité