Noël sous le signe du Covid-19, la grande inconnue

Pourra-t-on célébrer Noël en famille? À deux mois des fêtes de fin d'année, la crainte de ne pas pouvoir se réunir est malheureusement justifiée.

A quoi va ressembler Noël cette année? - Unsplash

Ne nous faisons pas trop d’illusions. Au temps du coronavirus, le traditionnel Noël, avec toute la famille réunie autour d’une grande tablée pour un repas interminable, semble compromis. Avec les nouvelles mesures qui entrent en vigueur ce lundi, dont celle des contacts rapprochés limités à une seule personne, l’inquiétude grandit: se dirige-t-on vers des fêtes de fin d’année en solitaire?

« Ce n’est pas impossible, mais c’est ce qu’on veut éviter », explique le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus Yves Van Laethem. Sauver Noël est donc l’autre objectif des mesures strictes. Et son succès dépendra du strict respect de ces dernières par la population. « Si on parvient à éteindre le feu dans le mois à venir, on peut encore espérer des dîners par petits groupes », affirme l’infectiologue au CHU Saint-Pierre. Pour la santé de nos aînés, il faudra toutefois faire une croix sur « le grand rassemblement des grands-parents aux petits-enfants », regrette-t-il.

Sortir du rouge

Pour espérer un tel scénario, il faut avant tout que les chiffres de l’épidémie le permettent. « Il faut sortir du rouge », résume Yves Van Laethem. « On ne va pas se contenter d’un petit décrochage. Il faut vraiment que les chiffres diminuent suffisamment durant les deux mois qui nous séparent des fêtes. L’intensité de l’impact des nouvelles mesures sera décisif. »  

D’un point de vue épidémiologique, il n’est toutefois pas certain que ces mesures soient suffisantes. « C’est difficile parce qu’on n’est pas dans un confinement strict », déclare à Sudinfo l’épidémiologiste de l’ULB Marius Gilbert, rappelant qu’une série d’activités sont maintenues. « Faire un pronostic pour les fêtes de fin d’année est risqué. »  

Patience

Pour Yves Van Laethem, on devrait savoir si ces mesures fonctionnent d’ici quinze jours. La réévaluation de la situation dans deux semaines « ne servira pas à alléger les mesures, mais plutôt à les intensifier si nécessaire. C’est dans ce sens-là qu’il faut le prendre », prévient l’expert. Ce n’est que dans un mois qu’on pourrait observer une baisse significative des chiffres. Mais à ce moment-là, tout ne sera pas gagné pour autant. « Toutes les mesures ne s’arrêteront pas à la mi-novembre. C’est quasi certain. Si ce mois-ci fonctionne, on pourrait espérer retrouver des conditions moins strictes vers la mi-décembre, comme trois contacts rapprochés plutôt qu’un seul », comme le prévoit le niveau d’alerte 3, explique celui qui voit le sauvetage de Noël comme une « motivation » supplémentaire pour respecter les mesures. Pas de grande fête en famille donc, mais un moment partagé en petit comité. Noël 2020 s’annonce particulier, comme le reste de l’année.

Plus d'actualité