Alexander De Croo est le nouveau Premier ministre

La Vivaldi résonne. Un accord de gouvernement a été trouvé mercredi et la Belgique a un nouveau Premier ministre qui va mener le pays vers une septième réforme de l'Etat. Décryptage.

Alexander De Croo, nouveau Premier ministre belge - Belga

Habemus Papam ! Après un an et demi de crise politique, de la fumée blanche est sortie du Lambermont. Le gouvernement Vivaldi, qui comprend les libéraux, les socialistes, les écolos et le CD&V, est en marche. Un accord de gouvernement a été trouvé mercredi et le poste de Premier ministre a été attribué au libéral flamand Alexander De Croo.

Il est logique que le poste soit tenu par un Flamand après trois Premiers ministres francophones. Mais avant tout parce que le gouvernement Vivaldi est très minoritaire côté flamand. Les deux partis vainqueurs des dernières élections dans le nord du pays, la N-VA et le Vlaams Belang, ayant été repoussés dans l’opposition.

“La Vivaldi est minoritaire en Flandre. Ce n’est pas bon. Le gouvernement qui arrive est vu comme francophone et de gauche. Sa légitimité est mise à mal d’emblée au nord du pays parce qu’il se dit que les Flamands sont à nouveau dominés par les francophones comme au XIXe siècle”, a récemment expliqué dans Moustique le politologue de l’UGent Carl Devos.

Vers une septième réforme de l’Etat

Voilà pourquoi le chef du gouvernement se doit d’être, cette fois-ci, Flamand. Voilà aussi pourquoi l’accord de gouvernement annonce une septième réforme de l’Etat. Car il faut couper l’herbe sous les pieds des nationalistes. Paul Magnette avait déjà négocié une réforme de l’Etat avec Bart De Wever au temps où ils négociaient ensemble. Celle-ci sera nécessaire pour éviter que le Vlaams Belang ne sorte vainqueur des élections en 2024. Il est notamment question de régionaliser les soins de santé.

Autre mesure forte qui semble faire partie de l’accord de gouvernement : la pension universelle à 1.500 euros net. Une promesse sur laquelle le Vlaams Belang a fait campagne auprès de la classe moyenne flamande. Une mesure qui va coûter un bras, surtout en temps de crise économique, mais qui pourrait faire l’affaire de tous, politiques comme citoyens.

Et après ?

La suite, c’est cet après-midi. Les deux formateurs vont présenter leur démission au Roi qui devrait nommer officiellement Alexander De Croo Premier ministre. Lequel aura pour mission de former un gouvernement et de distribuer les portefeuilles. Les négociations risquent encore de durer entre sept partis qui veulent chacun avoir une bonne place dans la Vivaldi. Sept partis qui ont des vues bien différentes sur la gestion du pays…

 

Plus d'actualité